Pologne: les gaz de schiste polonais se sont évaporés

Le 27 mars 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Pologne se libérera-t-elle de la tutelle gazière russe ?
La Pologne se libérera-t-elle de la tutelle gazière russe ?

Jusqu’à la semaine passée, la Pologne se voyait comme un Emirat européen, tant ses réserves de gaz de schiste semblaient importantes, lui promettant un avenir énergétique radieux. Las, les mauvaises fées se sont penchées sur le berceau de l’industrie gazière polonaise, laquelle doit maintenant déchanter.

En se basant sur les résultats de forages, réalisés entre les années 1950 et 1980, l'institut national de géologie (PIG) estime que les ressources potentielles de gaz de schiste s’élèvent à 1.000 milliards de mètres cubes, soit 5 fois moins que ce qu’avançait une étude du service des statistiques du département américain à l’énergie.

Varsovie n’est donc pas prête de se libérer de la tutelle gazière russe. Gazprom fournit à la Pologne plus de la moitié du gaz qu’elle consomme.

D’autant que rares sont les forages d’exploration à donner de bons résultats. Sur la centaine de concessions qui ont été délivrées à une quarantaine de compagnies gazières (couvrant 37.000 kilomètres carrés, soit 12% du territoire national), seuls 13 puits ont été effectivement forés. Une centaine d’autres sont annoncés pour… 2017. Mais un seul a permis d’extraire du gaz, en septembre 2011, à Lebien en Poméranie, à 90 km à l'ouest de Gdansk.

Cette lenteur s’explique non seulement par des questions financières mais aussi logistiques.

La configuration de la géologie polonaise diffère de celle des gisements américains, lesquels sont plus concentrés. De plus, la densité de population est moindre outre-Atlantique que dans la vieille Europe. Résultat, les forages horizontaux polonais parcourent de grande distance: jusqu’à 4.000 mètres, soit deux fois plus que dans les grandes zones gazières US. Ce qui grève fortement leur rentabilité. Un forage d’exploration polonais peut coûter jusqu’à 8 millions d’euros: trois fois plus qu’aux Etats-Unis.

De plus, les engins de forage sont rares en Pologne, les foreurs américains trustant plus de 80% des machines de la planète. Des engins qui sont difficiles à faire bouger. Leur masse avoisine les 1.500 tonnes. Autant dire qu’ils circulent difficilement sur le réseau routier polonais, taillé pour des camions de 15 tonnes de poids total autorisé en charge (Ptac).

«Le développement des gaz de schiste sera plus lent en Pologne qu’aux Etats-Unis, car il faut y construire des infrastructures qui existent déjà outre-Atlantique», résume Laura Loppacher, analyste chez Jefferies International, dans un entretien accordé à Bloomberg.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus