Pollution rurale en Chine

Le 18 décembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
230 millions de yuan (21,45 millions d'euros). C'est le montant que le gouvernement chinois a décidé d'allouer à l'évaluation des sources de pollution dans les zones rurales du pays qui sera menée en 2008. Selon un communiqué, le but de cette initiative est de «créer une campagne plus propre», en prenant en compte des facteurs tels que la faune, l'agriculture et l'aquaculture.

Zhang Fengtong, chef du département sciences, technologies et éducation au ministère chargé de l'agriculture, a indiqué que plus de 1.000 villages «propres» sont ainsi en cours de développement. L'utilisation d'engrais et de pesticides y a par exemple été réduite de 15 à 30%. Le ministère promeut une utilisation optimisée des engrais, car la Chine en utilise plus de 360 kilogrammes par hectare de terre, soit 3,3 fois plus que les Etats-Unis et 1,6 fois plus que la moyenne de l'Union européenne. «Pour développer de façon écologique l'agriculture moderne, un changement fondamental du modèle de production agricole et du mode de vie est essentiel», a déclaré Zhang Fengtong.

Par ailleurs l'Agence de protection de l'environnement chinoise (Sepa) et d'autres départements du gouvernement ont publié en novembre un document fixant  un objectif de bonne qualité de l'ensemble des sources d'eau potable d'ici à 2010, car plus de 300 millions d'habitants des campagnes ont accès à une eau qui n'est pas sûre. Il recommande aussi que 65% de la population rurale ait accès à des toilettes d'ici à 2010 dans le cadre d'un plan de contrôle de la pollution environnementale.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus