Pollution: quand l’air ne circulera plus

Le 24 juin 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Que sera New Delhi en 2099?
Que sera New Delhi en 2099?
DR

Autre effet du réchauffement climatique, l’air va de plus en plus stagner sur de nombreuses régions du globe, y accroissant les effets sanitaires de la pollution atmosphérique. Un phénomène dont l’Inde et le Mexique ont particulièrement à craindre, selon une étude américaine publiée dans la revue Nature Climate Change.

En 2012, la pollution atmosphérique a fait 3,7 millions de morts prématurées, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) (voir le JDLE). Et le bilan n’est pas prêt de s’alléger, du fait d’une pollution en hausse constante, notamment dans les pays émergents. Un autre phénomène pourrait fortement aggraver la situation: une moindre circulation d’air du fait du réchauffement. Déjà peu respirables, plusieurs mégalopoles du Sud pourraient devenir, encore plus que maintenant, de véritables étouffoirs à pollution.

Grâce à l’indice ASI (Air Stagnation Index), Daniel Horton, de l’université de Stanford en Californie, et ses collègues sont parvenus à modéliser cette évolution au cours du XXIème siècle. Premières zones touchées, l’Amazonie, le Mexique et l’Inde, qui d’ici 2099 connaîtront chacun plus de 40 jours additionnels sans aucune brise. Des effets similaires commenceront à se feront sentir, uniquement vers la fin du siècle, sur l’Europe méditerranéenne, le sud et le centre de la Chine et le nord-ouest de l’Australie.

D’autres contrées connaîtront au contraire une meilleure circulation de l’air: il s’agit du sud de la péninsule arabique, de l’Argentine centrale, de l’Afrique du Sud et de la Chine orientale. Mais au niveau du globe, ce phénomène sera 10 fois moins important que la stagnation croissante dans les pays qui la subiront.

L’impact humain à moitié en Inde

Selon les chercheurs, l’Inde pourrait en payer le prix le plus fort. Pour 77,7 milliards de personnes.jours/année de plus sur l’ensemble de la Terre en 2099 [1], soit 19,2% de plus qu’aujourd’hui, 40,4 milliards de personnes.jours/année seront le seul fait de l’Inde.

Ce pays pourrait aussi être celui où ce genre d’évènement connaîtra les durées les plus longues sur Terre. Voilà qui ne va pas arranger la situation déjà critique de New Delhi, ville parmi les plus polluées du monde, selon un bilan dressé en mai par l’OMS (voir le JDLE).

La Chine, pourtant plus peuplée que l’Inde, arrive derrière avec 6,4 milliards de personnes.jours/année, suivie par le Mexique et ses 2,8 milliards de personnes.jours/année.

Après plusieurs jours sans vent, la pollution extrême pourrait entraîner «de sévères épidémies de maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi qu’une incidence accrue de mortalité», prévoient les chercheurs. Des effets aigus auxquels il faut rajouter ceux de type chronique, dont les cancers, mais aussi l’obésité et les troubles neurologiques.

«Au vu des liens étroits qui unissent la stagnation de l’air, sa qualité et les impacts en matière de santé publique, nos résultats suggèrent que la hausse constante des gaz à effet de serre vont altérer l’atmosphère au risque de saper tous nos efforts en matière de prévention», concluent les chercheurs.

[1] Il s’agit d’une mesure du nombre de personnes exposées à cette stagnation: cela équivaut à 77,7 milliards de personnes exposées un jour de plus par an, ou bien 7,77 milliards exposées 10 jours de plus par an.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus