Pollution lumineuse: une journée de sensibilisation en 2009?

Le 08 janvier 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’organisation d’une «journée de la Nuit» en 2009, visant à sensibiliser le public à la pollution lumineuse, proposée par deux associations de protection de l’environnement, a reçu un écho favorable lors d’une rencontre avec la secrétaire d’Etat chargée de l’écologie, mercredi 7 janvier.

Agir pour l’environnement et l’Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (Anpcen), reçues mercredi par Nathalie Kosciusko-Morizet, avaient émis cette proposition dans un communiqué publié le matin même.

Les deux ONG ont également exprimé leur avis sur les dispositions relatives à la pollution lumineuse du projet de loi Grenelle II, présenté mercredi en conseil des ministres. Celui-ci prévoit dans son article 66 des mesures de restriction et d’interdiction de certains types d’éclairage sur le territoire. S’il se félicite de cette inscription dans la loi, Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l'environnement, attend de connaître les spécifications techniques des décrets d’application. Il déplore d’ailleurs le fait que les associations ne soient pas mentionnées pour participer à la consultation préalable à la rédaction de ces décrets, aux côtés des élus, syndicats et des fédérations professionnelles. «Nous souhaitons que la pollution lumineuse soit proscrite au moins dans certaines zones telles que les parcs régionaux», indique-t-il. Dans le communiqué, il ajoute qu’une véritable campagne de maîtrise de l’énergie passerait par «une réduction significative des points lumineux, notamment l’éclairage monumental, les illuminations de Noël ou encore les éclairages des sites naturels et autres bâtiments publics et commerciaux».

La pollution lumineuse a crû de 30% en moins de 10 ans et elle a des effets énergétiques, climatiques et sur la biodiversité nocturne, rappelle Pierre Brunet de l’Anpcen. Chaque kilowattheure (kWh) supplémentaire utilisé pour l’éclairage en période de pointe de consommation a un bilan carbone égal à 600 grammes de CO2, soulignent les associations.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus