Pollution en mer Baltique: mauvais point pour les pays riverains

Le 01 septembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les 9 Etats riverains de la Baltique ne tiennent pas leurs engagements pris pour protéger cette mer très polluée, estime le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans un rapport publié mercredi 31 août. «Nous avons besoin de moins de paroles et de plus d'actes. Si nous voulons réussir à sauver notre mer commune, les gouvernements doivent travailler de manière plus efficace, par-delà les secteurs et les frontières», a déclaré Haakan Wirtén, le secrétaire général de la section suédoise de cette ONG en présentant un rapport annuel.

Les riverains de la Baltique agissent notamment au sein d'un organisme gouvernemental (Helcom) chargé de mettre en œuvre la Convention sur la protection de l'environnement maritime dans la région de la Baltique -dite Convention de Helsinki-, dans sa version mise à jour en 1992.

Selon le baromètre 2011, la Suède et l'Allemagne sont les bons élèves du groupe, en obtenant 36 points chacune sur un maximum de 79. Ces pays «sont les meilleurs pour appliquer les accords internationaux et régionaux portant sur l'environnement». A contrario, la Lettonie et la Russie sont les moins actives, avec respectivement 19 et 18 points. Ce baromètre prend en compte cinq critères: les engrais, les produits toxiques, la biodiversité (poissons inclus), la navigation maritime et la gestion intégrée de la mer.

Les «progrès» les plus notables ont été réalisés en matière d'application d'accords en vue de maîtriser les produits toxiques, «même s'il reste beaucoup à faire, en particulier pour venir à bout de nouveaux toxiques», estime le WWF. En revanche, tous les pays de la région sont recalés en ce qui concerne la biodiversité et les engrais, encore beaucoup trop utilisés, comme le rappelle l'apparition régulière d'algues vertes sur les littoraux.

 
Selon l’indicateur, la Finlande arrive derrière le duo de tête avec 29 points, devant le Danemark (28), l'Estonie, la Lituanie et la Pologne (25). L'Allemagne a «travaillé dur», notamment pour réduire ses émissions de nitrates et phosphates (à l’origine des phénomènes d’algues vertes) et «a fait plutôt bien dans les autres domaines», détaille le Fonds.
 
«La Suède est la meilleure de la classe pour l'application de mesures environnementales pour sa flotte et la gestion intégrée de la mer», précise la responsable du WWF pour la Baltique, Aasa Andersson. Mais elle est aussi la plus mauvaise pour la préservation de la biodiversité. On ne peut être bon partout…


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus