Pollution des eaux: condamnation historique pour Chevron

Le 15 février 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Plus de 8 milliards de dollars (5,91 milliards d’euros). C’est la somme que devra payer le pétrolier américain Chevron, pour dommages environnementaux causés par la compagnie Texaco, appartenant au groupe depuis 2001, rapporte l’AFP le 14 février.

Il est reproché à Texaco d’avoir contaminé, depuis 1969, une vaste région de l'Amazonie équatorienne avec des déchets industriels toxiques déversés dans des fosses à ciel ouvert. En 1993, quelque 30.000 habitants de cette région[1] décident de s’opposer au géant pétrolier. La pollution conséquente des cours d’eau serait à l’origine de maladies graves et de décès, d'après les indigènes.

Mais pour Chevron-Texaco, «les principales inquiétudes en matière de santé publique dans la région ne sont pas le résultat d'opérations pétrolières mais d'un manque d'infrastructures pour le traitement de l'eau, l'assainissement des terres et les soins médicaux», peut-on lire sur un site spécial consacré au conflit avec les indigènes (anglais et espagnol). Le groupe rejette donc la responsabilité sur le gouvernement équatorien, «incapable de remplir ses fonctions».

Le juge du tribunal provincial de Sucumbios, en charge de l'affaire, a pourtant condamné Chevron à une très forte somme. Le groupe a immédiatement annoncé son intention de faire appel, estimant qu’il y a eu fraude au sein de la justice équatorienne. Il souligne également que «la responsabilité pour les éventuels dommages entraînés par les opérations de Texaco relève de la compagnie pétrolière d'Etat Petroecuador, un temps alliée à Texaco, qui avait déjà versé 40 M$ (29,56 M€) pour le nettoyage de la zone touchée», selon l’AFP.



[1] dont la communauté indigène des Cofàn



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus