Pollution de l’air: une prédisposition génétique aux effets sanitaires?

Le lundi 10 septembre 2018 à 18h 46 par Romain Loury
Pas tous égaux devant la pollution
Pas tous égaux devant la pollution
DR

Outre ses effets pulmonaires, la pollution de l’air est nocive pour le cerveau des enfants, favorisant en particulier des troubles de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH). Or ce phénomène serait en partie lié au variant d’un gène, l’Apo E4, déjà associé à la maladie d’Alzheimer, selon une étude espagnole menée sur des enfants.

Extrait : Chargée de transporter les lipides dans l’organisme, l’apolipoprotéine E est particulièrement importante au niveau du cerveau, où elle permet l’entretien des membranes des neurones. L’un de ses variants, Apo E4, est...

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus

Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus