Pollution de l’air: de premiers signes d’Alzheimer chez des adolescents

Le 07 janvier 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des effets cérébraux dès le plus jeune âge
Des effets cérébraux dès le plus jeune âge

Liée à la pollution de l’air, notamment aux particules fines, la maladie d’Alzheimer pourrait apparaître très tôt chez les citadins les plus exposés, ceux vivant dans de grandes métropoles. Publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease, une étude menée à Mexico révèle même de premiers signes biologiques chez des enfants et adolescents.

En septembre 2016, des chercheurs britanniques et mexicains avaient montré, chez des personnes vivant à Manchester et à Mexico, la présence dans le cerveau de particules de magnétite, très probablement issues de la combustion de carburants. Selon eux, ces particules fines, pénétrant dans le cerveau par inhalation, pourraient se lier au peptide amyloïde, protéine dont des problèmes de repliement sont liés à la maladie d’Alzheimer.

Si l’éventualité d’une réaction entre la magnétite et le peptide amyloïde a été remise en cause par des chercheurs français, lors d’une étude publiée en octobre 2018, Lilian Calderón-Garcidueñas, de l’université del Valle de Mexico, et ses collègues (mexicains, allemands, américains) ont publié une étude révélant la réalité du lien entre pollution de l’air et maladie d’Alzheimer. Menée sur 354 enfants, adolescents et jeunes adultes de Mexico, âgés en moyenne de 12 ans, elle révèle même l’existence de premiers signes de la maladie.

Des marqueurs biologiques précoces

Selon une comparaison avec 153 enfants vivant dans des villes moins polluées, les chercheurs montrent la présence chez les jeunes habitants de Mexico de plusieurs marqueurs biologiques de la maladie. En particulier une forme non phosphorylée de la protéine Tau, marqueur précoce d’Alzheimer.

Selon les chercheurs, «les jeunes adultes vivant à Mexico présentent déjà des altérations cérébrales, aussi bien structurales et métaboliques, qui se traduisent par des déficits cognitifs, des difficultés dans la vie quotidienne, des problèmes comportementaux et des difficultés scolaires». Début 2017, des chercheurs américains estimaient que 21% des cas de la maladie d’Alzheimer seraient liés, aux Etats-Unis, à la pollution de l’air.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus