- 

Pollution de l’air: le mea-culpa de Nissan

Le 09 juillet 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La Nissan GT-R pollue plus qu'elle ne devrait.
La Nissan GT-R pollue plus qu'elle ne devrait.
Nissan

L’épidémie de scandale automobile se poursuit. Ce lundi 9 juillet, Nissan a reconnu avoir mis en œuvre de «mauvaises pratiques» visant à dissimuler le niveau réel d’émissions polluantes de ses véhicules neufs.

Dans un communiqué publié dans la matinée, le constructeur automobile japonais indique que les estimations d’émissions de gaz d'échappement et les tests d'économie de carburant n'ont pas été effectués conformément au protocole prescrit dans cinq des six usines du groupe au Japon. On pouvait l'imaginer depuis le mois d'octobre 2015. La faute en incombe à une dizaine de responsables qui n’avaient pas saisi l’importance de respecter la réglementation, a estimé, sans rire, l’entreprise.

L’industriel indique avoir conduit, depuis septembre dernier, des missions d’inspection dans ses usines dont les conclusions ont été adressées au ministère du territoire, des infrastructures, du transport et du tourisme.

Dans la journée, au cours d’une conférence de presse, le partenaire de Renault a apporté quelques précisions au communiqué initial. «Hormis le modèles GT-R», les voitures sont cependant en elles-mêmes conformes aux normes de sécurité japonaises et leurs émissions gazeuses correspondent aux spécifications du catalogue, «ce qui signifie qu'il n'y a pas d'erreurs dans les chiffres d'économie de carburant divulgués par Nissan.»



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus