Pollution chimique: les plus riches sont les plus contaminés

Le 24 mai 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des contaminants nocifs pour l'enfant à naître
Des contaminants nocifs pour l'enfant à naître
DR

Les catégories socioprofessionnelles les plus élevées sont plus imprégnées par les contaminants chimiques, révèle une étude européenne publiée dans l’International Journal of Hygiene and Environmental Health.

Pollution de l’air, alimentation moins équilibrée, tabagisme… diverses études ont montré que les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées vivent, en général, dans un environnement moins sain, ce qui peut expliquer pourquoi leur risque de maladies chroniques est plus élevé.

Menée par l’équipe de Martine Vrijheid, de l’Institut de recherche ISGlobal (Barcelone), une étude portant sur 6 cohortes européennes (Espagne, France, Grèce, Lituanie, Norvège, Royaume-Uni) montre que tel n’est pas le cas pour les contaminants chimiques. Au contraire: pour la plupart de ces polluants (présents dans l’alimentation, les vêtements, les produits d’hygiène, les cosmétiques, etc.), les ‘CSP+’ sont au contraire les plus imprégnées.

Pesticides, métaux lourds, perfluorés, etc.

Menée sur 1.300 femmes enceintes, puis sur leurs enfants lorsqu’ils avaient atteint l’âge de 6 à 12 ans, l’étude montre une plus forte imprégnation par les pesticides organophosphorés, le mercure, l’arsenic, les composés perfluorés et les phénols, chez les femmes de milieux favorisés.

Si ces différences s’expliquent par le mode de vie, les chercheurs peinent à comprendre quels facteurs sont à l’origine de ce phénomène. Entre autres pistes, ils évoquent une plus grande consommation de poisson gras (métaux lourds) et de fruits et légumes (présence de pesticides), ainsi qu’une utilisation plus fréquente de cosmétiques (phénols).

A l’inverse, les femmes des milieux moins aisés sont plus fortement imprégnées de cadmium, probablement lié à un tabagisme plus fréquent, tandis que leurs enfants sont plus chargés en phtalates et en plomb, métal lourd présent dans la tuyauterie des habitats insalubres.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus