Pollution aux pesticides: un agriculteur en conversion bio porte plainte

Le 29 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Raymond Gibeau, agriculteur de Châlus (Haute-Vienne) est en cours de conversion au bio. Pas de chance pour lui, sa démarche de conversion a été suspendue par Ecocert, l'organisme qui le contrôle, lorsqu’un insecticide de la famille des pyréthrinoïdes, le lambda-cyhalothrine, a été retrouvé sur l'un de ses terrains destinés au maraîchage.

Ce produit chimique toxique avait été épandu par un hélicoptère au mois d'août dernier sur une châtaigneraie appartenant à un de ses voisins.

Quelques jours plus tard, l'enquêteur Ecocert est revenu pour un contrôle inopiné. «J'ai profité de sa venue pour lui expliquer que je m'inquiétais du manège que j'avais vu, il m'a proposé de revenir la semaine suivante tester ma terre», a expliqué l’agriculteur du Limousin.

«Lors de la deuxième visite de l'enquêteur, l'hélicoptère était également de retour pour procéder à un nouvel épandage», se souvient Raymond Gibeau.

Les résultats des tests sont sans appel, son terrain porte des traces de lambda-cyhalothrine, un produit extrêmement toxique pour les poissons et les abeilles, mais aussi irritant pour les voies respiratoires, la peau et les yeux, explique l'agriculteur. Ce pesticide est commercialisé sous les noms évocateurs de Karaté, Kung-fu ou Matador.

Ces analyses ont aussitôt entraîné la suspension de son label Ecocert. L’agriculteur bio a donc déposé une plainte contre X auprès du procureur de la République de Limoges et s’est constitué partie civile en vue d'un procès qui devra déterminer les responsabilités et évaluer la nature du préjudice.

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus