Pollution aux PCB: les Pays de la Loire portent plainte

Le 04 janvier 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La région des Pays de la Loire a décidé de se porter partie civile aux côtés des riverains dans l’affaire de la pollution aux polychlorobiphényles (PCB), détectés depuis janvier 2011 dans les environs de l’usine Aprochim de Grez-en-Bouère (Mayenne).

 
«Si le préjudice porté à l’image de marque, à la réputation et au patrimoine naturel de la région est avéré, il doit pouvoir donner lieu à des sanctions», a déclaré Jacques Auxiette, le président du conseil régional.
 
Les PCB, plus connus en France sous le nom de pyralènes, sont des dérivés chimiques utilisés à partir des années 1930 et pendant des décennies dans l'industrie, comme isolants dans les transformateurs électriques, lubrifiants dans les turbines ou composants dans les peintures. La vente de produits contenant des PCB est interdite depuis 1987.
 
Spécialisée dans le traitement des déchets dangereux, la société Aprochim, filiale du groupe Chimirec, nie sa responsabilité dans les taux anormalement élevés de PCB détectés dans les environs de son usine mayennaise.
 
Le 14 décembre dernier, le parquet de Laval a ouvert une information judiciaire pour mise en danger d’autrui et pollution (voir JDLE).
 
Ce mois-ci, une campagne de prélèvements sanguins doit être réalisée auprès des riverains. Le suivi médical des salariés a déjà montré, depuis 2007, des taux d’imprégnation aux PCB supérieurs aux normes chez une vingtaine de techniciens en production.
 
«Il faut que ça bouge et qu’on mandate des experts pour y voir plus clair sur l’imprégnation réelle de la pollution, pour dire si les exploitations les plus impactées vont pouvoir repartir. Et si oui, comment», a affirmé Jean-Marc Guesdon, le président du Collectif de riverains.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus