Pollution aux hydrocarbures en Nouvelle-Calédonie

Le 04 décembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
90 kg de boulettes d'hydrocarbures ont déjà été ramassés sur l'île de Lifou
90 kg de boulettes d'hydrocarbures ont déjà été ramassés sur l'île de Lifou

Le plan Orsec Polmar Terre a été déclenché le 29 novembre en Nouvelle-Calédonie, où une pollution aux hydrocarbures a été détectée 6 jours plus tôt. Celle-ci est due au naufrage, le 12 juillet, d’un porte-conteneurs près de l’île de Maré.

 

Le Kea Trader n’en a pas fini de déverser son fioul lourd. Après s’être encastré en juillet sur un récif au large de l’île de Maré[1], le porte-conteneurs de 184 mètres de long s’est brisé en deux, 4 mois plus tard. 750 tonnes de fioul ont pu être extraites mais quelques centaines de litres ont échappé au pompage, selon le Centre d’expertises pratiques de lutte anti-pollution (Ceppol).

Au total, 90 kilogrammes de boulettes de carburant ont déjà été ramassées sur l’île de Lifou, aux frais de l’armateur. Ce qui a conduit le maire, Robert Xowie, à interdire la pêche et la baignade, dans l’attente des résultats d’analyse des rejets du navire lancé en 2017, qui battait pavillon maltais. L’armateur a par ailleurs été mis en demeure par l’Etat de trouver une solution pour démanteler l’épave. Un chantier qui devrait durer de 9 à 18 mois.

 

Cadeau de bienvenue

Cette catastrophe pour la communauté de 9.000 habitants de l’île de Lifou a perturbé la visite du Premier ministre Edouard Philippe. En cadeau de bienvenue, le chef du gouvernement s’est vu remettre, le 2 décembre, un sac en plastique contenant des boulettes d’hydrocarbures. Des habitants ont également manifesté à son arrivée, avec des pancartes scandant «Halte à la pollution. La faune meurt, les enfants pleurent».

 

Enjeux environnementaux

Alors que ce voyage officiel devait se concentrer sur le référendum autour de l’indépendance, qui aura lieu d’ici novembre 2018, ce sont les enjeux environnementaux qui ont occupé les débats avec les élus locaux. Le président de la province des îles Loyauté, Néko Hnepeune (indépendantiste), a rappelé que le territoire était confronté à une érosion du littoral, aux menaces sur les ressources en eau, à la disparition de la biodiversité, à l’impact des déchets et à l’urgence d’une transition énergétique. Edouard Philippe a d’ailleurs inauguré une centrale photovoltaïque à Hapetra qui doit produire 1.400 mégawattheures (MWh) d’électricité d’ici 2020. Soit la consommation de 600 foyers.



[1] la deuxième plus grande des îles Loyauté après celle de Lifou

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus