Pollution automobile: plus chère sera la note pour les constructeurs

Le 05 avril 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'hydrogène : un bon moyen de réduire les émissions de CO2 des voitures.
L'hydrogène : un bon moyen de réduire les émissions de CO2 des voitures.
VLDT

L’application du règlement européen de 2014 sur les émissions de CO2 des voitures neuves devrait coûter des milliards d’euros aux constructeurs automobiles à partir de 2021.

 

La pollution atmosphérique coûte cher en vie humaines. Mais va commencer à faire fondre les trésoreries des constructeurs automobiles. C’est du moins l’opinion de Moody’s. Dans une note qu’elle a publiée jeudi 4 avril, l’agence de notation rappelle qu’un règlement européen de 2014 a sévèrement durci les normes d’émissions de gaz carbonique. Et que la plupart des constructeurs européens n’atteindront probablement pas les objectifs communautaires. Ce qui risque de leur valoir d’importantes sanctions financières.

118 grammes vs. 95

En 2021, les émissions moyennes du parc de voitures mises sur le marché ne devront pas excéder 95 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. Selon les dernières estimations de l’Agence européenne de l’environnement, les performances moyennes des voitures neuves atteignaient 118,5 g CO2/kilomètre, fin 2017.

Problème: la quasi-totalité des grands constructeurs n’atteindront pas l’objectif des 95 g. Pire, plus de la moitié de leurs véhicules neufs du millésime 2021 émettront trop de CO2 pour être honnêtes. Au terme du règlement, chaque industriel pourra se voir infliger une amende de 95 euros par véhicule et par gramme de dioxyde de carbone excédentaire.

plusieurs milliards d'amendes

Selon les scénarios (développement plus ou moins rapide des marchés du véhicule électrique ou des SUV), le montant global des amendes dont devront s’acquitter les industriels pourrait osciller entre 2,4 et 11,2 Md€, estime Moody’s. Grâce aux ventes de ses voitures électriques et hybrides, Toyota apparaît comme le seul constructeur à pouvoir échapper aux amendes en 2021. Les montants estimés par Moody’s apparaissent comme inférieurs à ceux évalués l’an passé par MSCI.

La partie s’annonce d’autant plus difficile que le public a perdu son appétence pour la motorisation diesel. Entre 2011 et 2018, la proportion de voitures neuves carburant au gazole est passée de 56% à 36% en Europe. Or le moteur diesel est moindre émetteur de gaz carbonique que son cousin à essence.

Aussi importantes soient-elles, les amendes annoncées ne sont pas tout. Moody’s rappelle que l’application de telles sanctions financières conduirait à dégrader les notes de la dette de ces entreprises. De quoi alourdir le coût de l’argent et des investissements.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus