Pollinisation: les bandes fleuries peu efficaces dans les champs

Le 09 avril 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La pollinisation, facteur limitant de l'agriculture
La pollinisation, facteur limitant de l'agriculture
DR

Préconisées en bordure des champs agricoles, les bandes fleuries n’auraient qu’une faible efficacité en termes de pollinisation, révèle une étude suédoise publiée dans la revue Agriculture, Ecosystems & Environment.

 

La crise mondiale des pollinisateurs n’est pas qu’un problème de biodiversité, c’est également un danger pour l’agriculture, et donc pour la sécurité alimentaire et la santé mondiale. Afin de favoriser le maintien de ces insectes dans les champs, il est préconisé de planter des bandes fleuries en bordure, ou au sein des parcelles.

Publiée en février 2017, une étude britannique menée dans des vergers de pommiers avait montré un effet positif sur l’abondance de pollinisateurs, mais sans effet sur la pollinisation des pommiers. Menée par Lina Herbertsson, de l’université de Lund (Suède), et ses collègues, une nouvelle étude enfonce le clou: les bandes fleuries ne remplacent pas un paysage varié, où demeure une végétation naturelle.

L’hétérogénéité, alliée de la pollinisation

Les chercheurs ont tout d’abord étudié la pollinisation dans deux types de paysages agricoles: l’un dit homogène, sans prairies permanentes ou bordures apparentes (typique de la monoculture intensive), l’autre dit hétérogène, avec des parcelles de plus petite taille, et où demeurent des zones non travaillées.

Ils y ont placé des pots contenant soit des fèves (Vicia faba) soit des fraisiers des bois (Fragaria vesca), analysant leur pollinisation. Sans surprise, celle-ci est meilleure dans les paysages agricoles hétérogènes. Mais dans les deux cas, les bandes fleuries s’avèrent assez peu efficaces.

Pas d’effet marqué des bandes fleuries

Pour montrer cela, les chercheurs ont placé leurs pots à distance variable de ces bandes, et ce dans les deux types de paysage agricole. Un effet légèrement positif sur la pollinisation était observé à proximité des bandes fleuries dans les exploitations hétérogènes, mais disparaissait rapidement à distance.

A l’inverse, un effet négatif était observé à proximité des bandes fleuries dans les zones hétérogènes, probablement en raison d’une compétition entre fleurs pour la pollinisation.

Selon Lina Herbertsson, «cette étude montre l’importance de bien déterminer les mesures les plus à susceptibles d’accroître la biodiversité. S’il s’agit d’accroître la pollinisation,  il semble plus efficace de restaurer les pâturages et les prairies, et d’aménager les bordures des champs de manière bénéfique pour la flore locale, plutôt que d’ajouter des bandes fleuries».



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus