Polémique sur la toxicité des pesticides aux Etats-Unis

Le 18 mars 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
pesticides
pesticides

Selon plusieurs études scientifiques, le taux de toxicité et de dégradation d'un pesticide peut différer de manière importante du fait de la chiralité de ses principes actifs. La chiralité est la propriété physique de toute molécule qui n'est pas superposable à son image dans son miroir, à l'instar de la main de l'homme. Ces molécules ont ainsi chacune ce qu'on appelle deux énantiomères. Or cette propriété, qui concerne 25% des pesticides sur le marché, n'est pas prise en compte par la plupart des réglementations nationales. L'une des dernières recherches dans ce domaine a été publiée en janvier, dans la revue scientifique américaine Pnas (1), par une équipe du département des sciences de l'environnement de l'université de Californie. Pour chacun des cinq insecticides étudiés, l'un des énantiomères s'est avéré au moins 10 fois plus toxiques que son «jumeau» sur la daphnie (2). Les scientifiques supposent donc qu'en contrôlant mieux le taux précis de chaque énantiomère, on pourrait réduire la consommation de pesticides jusqu'à 30%.



(1) Proceedings of the national academy of sciences of the United States of America

(2) La daphnie est un petit crustacé d'eau douce




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus