Poids-lourds: les modalités de la vignette annoncées fin octobre

Le 26 septembre 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pas question de ressusciter l'écotaxe.
Pas question de ressusciter l'écotaxe.

Le gouvernement en escompte 500 millions d’euros par an pour entretenir le réseau routier. Les transporteurs agitent la menace de distorsion de concurrence.


Il ne s’agit pas de «refaire l’écotaxe». Les termes sont choisis car le sujet est explosif. Au moment de préciser les contours de la vignette que le gouvernement envisage d’instaurer pour les poids lourds, Elisabeth Borne prend soin de déminer le terrain. «On cherche à faire participer au financement des infrastructures, notamment ceux qui n’y participent pas aujourd’hui. Par exemple, les poids lourds qui font le plein au Luxembourg ou en Belgique, traversent la France, puis refont le plein en Espagne et n’ont pas payé la fiscalité sur les carburants», a expliqué la ministre sur CNews. L’Etat en escompte 500 M€ par an.
Bonnets rouges, le retour
Cette vignette s’appliquera-t-elle uniquement aux camions immatriculés hors de France? La question n’a pas encore été tranchée, assure la ministre des transports. Mais déjà, la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) souligne que le droit européen interdit «qu’on discrimine les résidents par rapport aux non-résidents». Du côté de la Bretagne, les ‘Bonnets rouges’ ont ressorti leur couvre-chef écarlate: «Les Bretons ne se feront pas voler leur victoire sur l'écotaxe, assure Frédéric Duval, à la tête des 150.000 entreprises bretonnes contre l’écotaxe, rapporte Europe 1. Ce qu'on a pu évacuer par la porte, on essaye de le ramener par la fenêtre. La motivation est absolue et c'est un état d'esprit de totale opposition. Il n'y aura pas d'éco-redevance en Bretagne.»
Annonces fin octobre
Et la FNTR Bretagne, par la voix de son président François Baudoin, de rappeler que les transporteurs «contribuent déjà à hauteur de 7 Md€ par an au budget de l’Etat et seulement une infime partie est consacrée à l’entretien des réseaux». Il suggère que, plutôt que d’instaurer une nouvelle contribution, le gouvernement gère mieux les recettes existantes. Le sujet devrait animer le 72e congrès de la FNTR, qui se tient le 10 octobre prochain à Issy-les-Moulineaux. Le gouvernement devrait annoncer ses arbitrages à la fin du mois d’octobre.

Le ministère des transports publie ce 26 septembre un aperçu de l’état et de l’entretien des ponts du réseau routier national (RRN). Soit environ 160 ouvrages, tant sur le réseau concédé que non concédé, qui bénéficie chacun d’une inspection détaillée chaque année et d’un audit complet tous les trois ans. Deux ouvrages sont dans le radar: le viaduc de Caronte, dans les Bouches-du-Rhône (qui a fait l’objet de travaux) et le viaduc d’Echinghen, dans les Pas-de-Calais, (dont les travaux s’achèveront fin 2019).


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus