Pneus usagés : des efforts de collecte à maintenir

Le 21 septembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Aliapur, éco-organisme et société en charge de la collecte et de la valorisation des pneus usagés, annonce dans un communiqué du 16 septembre avoir dépassé l’objectif de 10.000 tonnes demandé par le ministère de l’écologie.

Un accord avait été conclu en mai dernier entre les deux parties pour faire face à une situation embarrassante : l’augmentation du nombre de pneus usagés présentés à la collecte sans qu’il y ait le moindre financement (éco-contribution) pour leur recyclage[1] . « Aliapur n’a ni la capacité financière ni la vocation de collecter et recycler gratuitement tous les pneus usagés, notamment les pneus excédentaires. Quel garage accepterait de réparer un véhicule sans être payé ? », s’indigne la société.

Mais les stocks, entassés dans les garages, présentent de réels dangers, notamment d’incendie. C’est pourquoi Aliapur a accepté la demande du ministère de l’écologie de collecter, entre le 17 mai et le 31 août, un volume de 10.000 tonnes de pneus de voiture supplémentaires au titre d’une avance sur la collecte 2011. « Non seulement cet objectif est pleinement atteint, mais il est aussi dépassé de près de 1.000 tonnes : au 31 août, plus de 19 millions de pneus de voiture avaient été collectés », annonce le communiqué d’Aliapur. Cette avance représente pour l’entreprise un effort financier de plus de 2 millions d’euros. Cependant, cette collecte supplémentaire n’est pas suffisante, de nombreux pneus restent encore à collecter.

Afin d’éviter ce genre de situation à l’avenir, la loi Grenelle II prévoit en son article 205 de lourdes sanctions à l’égard des tricheurs, c’est-à-dire pour ceux qui mettent des pneus sur le marché sans assurer leurs obligations. Le montant financier de ces sanctions sera fixé prochainement.

 



[1] La « triche » est estimée à 42.000 tonnes par an, soit l’équivalent de 5,9 millions de pneus tourisme : 22.000 tonnes de pneus non déclarés et donc non financés ; et 20.000 tonnes de pneus certes déclarés par des producteurs (metteurs de pneus neufs sur le marché), mais non financés (chiffres Ademe).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus