PNAQ: Bruxelles, Dublin et Athènes ne sont pas sur la même fréquence

Le 18 juillet 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
C’est un dialogue de sourds auquel ont semblé se livrer les autorités européennes, irlandaises et grecques, en fin de semaine dernière. Vendredi 14 juillet, le commissaire européen à l’environnement, Stavros Dimas, annonçait un durcissement de sa position vis-à-vis des plans nationaux d’allocation des quotas d’émissions (Pnaq) jugés trop laxistes. Une position totalement ignorée par l’Irlande, qui a décidé d’octroyer, chaque année, 22,6 millions de quotas à ses industriels, contre 22,3 millions dans le premier Pnaq. De son côté, Athènes annonce qu’elle délivrera 75,7 millions de permis par an, contre 74,4 millions au cours des années 2005-2007.
Pour l’instant, alors que le délai pour présenter les copies à la Commission européenne a expiré le 30 juin, seuls 5 pays ont rendu leur projet de Pnaq: l’Estonie, l’Allemagne, la Pologne, la Lituanie et l’Irlande.
Stavros Dimas, qui invite les Etats membres à prendre en compte les sur-allocations du plan précédent pour établir le nouveau, espère récolter les projets d’allocations 2008-2012 d’ici la fin du mois de juillet. En France, le projet de Pnaq est soumis à consultation jusqu’à fin juillet et devrait être transmis ensuite, début août, à la Commission.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus