Pnaq 2: les retards s’accumulent

Le 06 septembre 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Deux mois après la date limite fixée par la Commission aux Etats, le résultat n'est pas brillant. Pour le moment, seuls 9 pays membres (l'Allemagne, l'Estonie, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Pologne, la Slovaquie et le Royaume-Uni) ont envoyé leur projet de second plan d'allocation de quotas à la Commission. Ce sera le tour, la semaine prochaine, du Pnaq néerlandais, dont on connaît désormais les grandes lignes: 90,4 millions de quotas (contre 96,7 dans le premier plan, soit une baisse d'allocation de près de 7%) et 325 sites concernés contre 207 précédemment. Le secteur des utilities verra son quota diminuer de 15%, pour s'établir à 5,8 millions de tonnes de CO2 par an. Le tiers de cette allocation se fera gratuitement. Les deux autres tiers seront mis aux enchères.

De leur côté, les autorités espagnoles ont fait savoir que leur Pnaq ne serait pas envoyé à Bruxelles avant le 10 octobre. Ces retards commencent à impatienter certains acteurs. Dans un communiqué, publié le 4 septembre, l'European federation of energy traders (Efet) estime que ce retard va se répercuter sur «l'ensemble de la procédure de consultation publique, d'examen de la Commission, d'amendement et de mise en oeuvre.» L'Efet ajoute que cela «donne au marché une vision des prix à long terme insuffisante pour les investisseurs.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus