Plus de maïs, c’est plus d’effet de serre

Le 15 mars 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plusieurs réglementations locales (en Californie, notamment) et un projet de loi américains devraient contribuer à accroître sensiblement la fabrication d’éthanol pour réduire la consommation d’essence. Pour ce faire, les agriculteurs devront considérablement développer la production de maïs, dont le sucre sert à la production d’éthanol.

Problème: le gain environnemental espéré pourrait se traduire par une perte nette. Selon une étude publiée dans Bioscience le 12 mars par des chercheurs des universités de Californie et de l’Indiana, des millions d’hectares de forêts et de prairies devront laisser la place au maïs pour développer la production d’agrocarburant.

Ce changement d’affectation des sols devrait émettre plus de gaz à effet de serre que la consommation d’éthanol ne permettra d’en éviter. En effet, les prairies et les forêts stockent beaucoup plus de gaz carbonique et d’oxyde nitreux que les vastes champs de maïs.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus