Plus d’un pays européen sur deux s’oppose aux OGM

Le 02 octobre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Etats membres ont jusqu'au 3 octobre pour exprimer leur volonté d'interdiction
Les Etats membres ont jusqu'au 3 octobre pour exprimer leur volonté d'interdiction

Alors qu’ils avaient jusqu’au 3 octobre pour actionner le dispositif d’opt-out auprès de la Commission européenne, 15 Etats membres ont déjà demandé l’interdiction de la mise en culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sur tout ou partie de leur territoire.

 

L’Italie et la Bulgarie sont les deux derniers Etats membres à avoir rejoint le mouvement. A Rome, les ministres de l’agriculture, de l’environnement et de la santé ont écrit à la Commission pour que leur territoire soit exclu de toute mise en culture d’OGM, précise un communiqué du gouvernement. Sofia avait annoncé la même décision le 1er octobre.

Le dispositif d’opt-out a été prévu par la directive 2015/412 entrée en vigueur début avril dans l’Union européenne. Il permet à chaque Etat membre d’accepter ou de refuser la culture d’OGM autorisés par l’UE. Au total, 15 Etats membres sur 28 ont notifié ou exprimé leur intention de l’actionner: Allemagne, Autriche, Belgique pour la Wallonie, Bulgarie, Croatie, Danemark, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, et Royaume-Uni pour le Pays-de-Galles, l’Ecosse et l’Irlande du Nord. L’Angleterre et l’Espagne ont au contraire affirmé leur volonté d’autoriser les OGM sur leur sol.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus