Plus d’un Français sur deux prêt à boire une eau recyclée

Le 20 décembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
53% des Français se disent prêts à boire une eau issue d'eaux usées retraitées
53% des Français se disent prêts à boire une eau issue d'eaux usées retraitées

53% des Français se disent prêts à boire de l’eau issue d’eaux usées traitées selon le baromètre 2018 publié le 19 décembre par le Centre d’information sur l’eau. Une première.

La réutilisation des eaux usées fait son chemin dans l’esprit des citoyens. A en croire l’étude réalisée par TNS Sofres[1] pour le Centre d’information sur l’eau, 86% d’entre eux accepteraient d’utiliser une eau issue d’eaux usées traitées pour usages domestiques: hygiène, sanitaire, nettoyage. Trois quarts sont aussi d’accord pour consommer des aliments arrosés avec ce type d’eau.

Surtout, plus d’un Français sur deux est désormais prêt à en boire (53%). Soit l’inverse de l’an dernier (51% étaient défavorables).

La réutilisation des eaux usées doit en effet se développer à travers le monde. Dans un rapport publié en mars 2017, l’ONU-Eau estime qu’elle est devenue une «priorité pour répondre à la demande croissante d’eau douce». De son côté, la Commission européenne compte quadrupler cette réutilisation à des fins d’irrigation, en appliquant une série de critères de qualité. Pour atteindre 6,6 milliards de mètres cubes contre 1,7 Mdm3 aujourd’hui.

Une consommation suivie de près

88% de Français disent aussi être attentifs à leur consommation d’eau. Un résultat en hausse de deux points par rapport à l’an dernier. Ce comportement est conditionné par les économies financières pour 43% d’entre eux (4 points de moins que l’an dernier), ainsi que par la préservation des ressources en France (32%) et par la sauvegarde de la planète (25%). Concrètement, il se traduit par la préférence des douches aux bains, la surveillance de fuites éventuelles, l’absence de rejets dans l’évier et les toilettes (produits toxiques, lingettes et huiles), la protection des installations contre le gel et, dans une moindre mesure, l’utilisation de réducteurs de pression.

Etat dégradé

La majorité des citoyens restent inquiets de l’état de l’eau. 73% estiment que les ressources naturelles sont polluées et 65% pensent que la situation va encore se dégrader à l’avenir.



[1] Enquête menée auprès de 2.506 personnes du 23 avril au 14 mai dernier

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus