Plus d’asclépiade pour le monarque

Le 10 février 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Du répit sur la route des vacances
Du répit sur la route des vacances
DR

Face au déclin catastrophique du papillon monarque, le gouvernement américain a annoncé lundi 9 février un plan de restauration de son habitat le long de son parcours migratoire. Objectif: plus de 80.000 hectares replantés avec ses végétaux favoris, dont l’asclépiade.

 

D’environ 1 milliard en 1996, le papillon monarque (Danaus plexippus) a vu sa population chuter de plus de 90%. Au cours de l’hiver 2013-2014, on estimait que seuls 50 millions d’entre eux étaient parvenus au Mexique, où il établit ses quartiers d’hiver avant de s’en retourner vers le nord-ouest des Etats-Unis et le sud du Canada.

La situation de ce papillon migrateur, emblème de la faune nord-américaine, n’est pas sans évoquer celle d’autres pollinisateurs. Là aussi, des pesticides sont fréquemment mis en cause, mais d’une autre manière: alors que les insecticides de la famille des néonicotinoïdes perturberaient directement les abeilles, le glyphosate (RoundUp de Monsanto) est accusé d’avoir éliminé l’asclépiade, plante dont raffole le monarque, aux abords des champs d’OGM.

De l’asclépiade près de l’autoroute

Lundi 9 février, l’US Fish and Wildlife Service a annoncé le lancement d’un plan de protection du monarque. Sa mesure phare: restaurer plus de 200.000 acres (soit 81.000 hectares) d’habitat propice au monarque sur son parcours migratoire en y plantant les espèces dont se nourrit le monarque, dont l’asclépiade. La plupart des projets associatifs financés, pour un total de 2 millions de dollars (1,77 million d’euros), portent sur un axe nord-sud du Minnesota au Texas, aux abords de l’autoroute I-35.

En août 2014, le Center for Biological Diversity a lancé une pétition afin que le papillon monarque soit reconnu comme une espèce menacée dans le cadre de l’Endangered Species Act, une demande actuellement examinée par l’US Fish and Wildlife Service. Pour le Center for Food Safety, il faut aller plus loin, en interdisant purement et simplement le RoundUp : dans un rapport présenté le 5 février au Congrès, elle estime que le pesticide a éliminé 99% de l’asclépiade dans la Corn Belt, sur la route du monarque.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus