Plan sur l’hydroélectricité: le mécontentement de FNE

Le 01 août 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans un communiqué du 25 juillet, la fédération d'associations France nature environnement (FNE) appelle à «revenir à plus de prudence et de réalisme» concernant le plan de relance de l'hydroélectricité annoncé par Jean-Louis Borloo le 23 juillet (1). Estimant que ce projet a été élaboré «sans aucune concertation avec les parties intéressées autres que le lobby concerné», elle précise que la possibilité évoquée dans le plan de renforcer le potentiel hydraulique pour produire 10% supplémentaires d'énergie renouvelable par an à l'horizon 2020 (2) apparaît «totalement irréaliste».

Ainsi, l'impact sur les milieux aquatiques ne serait pas négligeable. «Doit-on sacrifier les dernières rivières sauvages françaises, alors que les gisements de production d'énergie renouvelable résident de toute évidence dans la sobriété énergétique, et le développement du solaire et de l'éolien où la France accuse un retard important par rapport à ses voisins européens?» interroge FNE. Selon elle, les zones susceptibles d'accueillir de nouvelles stations de pompage sont des zones sensibles de montagne, souvent classées Natura 2000, réserves naturelles ou zones centrales de parcs nationaux. FNE juge cette perspective contraire à l'objectif d'atteinte du bon état des eaux pour 66% des lacs et rivières d'ici 2015, fixé dans le cadre du Grenelle. «Le développement d'une micro électricité insignifiante en termes de production, économiquement aberrante et écologiquement néfaste à la qualité des rivières, est un non-sens flagrant», indique Bernard Rousseau, responsable du réseau Eau de FNE. La fédération aurait souhaité que la mise aux normes environnementales des ouvrages hydroélectriques figure dans le plan gouvernemental, ainsi que la suppression des ouvrages n'ayant aucun usage économique et ceux affectant la migration des poissons.



(1) Voir l'article du JDLE «Borloo lance un plan sur la production hydroélectrique»

(2) D'après le plan gouvernemental, l'hydroélectricité représente en France un potentiel supplémentaire de développement de 7 térawattheures par an (TWh/an) de productible et de 2.500 mégawatts (MW) de puissance de pointe




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus