Plan Particules: la réduction des émissions sera prioritaire

Le 24 mars 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La réduction des émissions polluantes de particules fines jugée prioritaire par le rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) publié lundi 23 mars (1), sera un des objectifs du prochain plan Particules, selon le gouvernement.

Selon l'expertise de l'Afsset, réalisée à la demande des ministères de l’écologie et de la santé, seulement 3% des effets sanitaires liés aux particules fines seraient attribuables aux pics de pollution tandis que 97% résulteraient d’une exposition chronique à des taux modérés -inférieurs à 50 microgrammes par mètre cube (µg/m3). En outre, il n’existe pas de seuil de pollution au-dessous duquel il n’y aurait pas d’impact sanitaire. Au vu de ces résultats, l’Afsset estime que le dispositif d’information et d’alerte du public en cas de pic de pollution mis en place depuis 2007 (2) ne présente pas de bénéfice sanitaire substantiel. L’agence recommande de réduire en priorité les pollutions à la source (combustion du bois, du charbon et du fioul, industries, agriculture, transports).

Bonne nouvelle: le Plan national santé-environnement (PNSE II), dont la sortie est prévue en avril, ciblera justement la réduction des émissions, «particulièrement celles liées aux installations anciennes de combustion du bois et aux transports», ont annoncé les ministères de la santé et de l’écologie dans un communiqué du 23 mars. Ce plan ciblera également les populations sensibles, conformément à une autre recommandation de l’Afsset: «Un plan spécifique sera mis en place pour surveiller la qualité de l’air dans les crèches et les écoles au dernier trimestre 2009». Conformément à l’objectif du Grenelle, le plan Particules du PNSE II visera à réduire de 30% les concentrations particulaires d’ici 2015, une valeur-cible de 15 µg/m3 de PM2,5 étant fixée pour 2010, qui deviendrait obligatoire en 2015.

Les particules fines seraient à l’origine de 30.000 décès prématurés par an en France.

(1) «Pollution par les particules dans l’air ambiant: synthèse en vue d’un appui à l’élaboration de seuils d’information et d’alerte du public pour les particules dans l’air ambiant», rapport d’expertise et avis de l’Afsset (mars 2009)

(2) La circulaire ministérielle du 12 octobre 2007 fixe les seuils d’information et d’alerte du public respectivement à 80 µg/m3 et 125 µg/m3 de particules fines en moyenne sur 24 heures.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus