Plan de pêche 2016: l’avant-programme de Bruxelles

Le 03 juin 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les premiers quotas seront proposés en août par la Commission européenne
Les premiers quotas seront proposés en août par la Commission européenne

La Commission européenne a présenté le 2 juin le contexte définissant les futures possibilités de pêche pour 2016. Si l’état des ressources halieutiques s’est amélioré dans l’Atlantique Nord-Est, la mer Baltique et la mer du Nord, la surpêche bat toujours son plein en Méditerranée, résume Bruxelles.

 

Préliminaire à la fixation des quotas de pêche de l’année prochaine, le rapport de la Commission européenne est ouvert à la consultation publique jusqu’au 1er octobre prochain. Ce document montre que la moitié des pêcheries de l’Atlantique Nord-Est, la mer du Nord et la mer Baltique (32 pêcheries sur les 62 dont le rendement maximum durable est connu) ont atteint des niveaux durables d’exploitation en 2014 contre seulement 14% en 2009.

A l’inverse, 93% des pêcheries méditerranéennes évaluées ne sont pas durables! Bruxelles annonce donc qu’elle proposera des plans pluriannuels de pêche conformes à l’objectif de rendement maximal durable (RMD), en particulier un plan pour l’anchois et la sardine dans l’Adriatique Nord et un plan pour les espèces démersales[1] dans le nord-ouest de la Méditerranée.

En réaction, l’ONG Pew a affirmé dans un communiqué: «48% des stocks étant toujours surexploités dans l’Atlantique Nord-est et les eaux adjacentes, la Commission devra présenter des limites de capture qui n’excèdent pas les avis des scientifiques pour permettre la reconstitution des stocks aux niveaux requis par la nouvelle politique commune de la pêche».

Il faudra attendre le mois d’août pour que Bruxelles propose ses premiers quotas. Ils concerneront d’abord la mer Baltique. Les quotas ciblant l’Atlantique Nord-Est et les eaux adjacentes seront connus en octobre. Enfin, les limites de pêche en mer Noire seront diffusées en novembre 2015.

L’an dernier, la Commission avait proposé des totaux admissibles de capture qui ne respectaient pas toutes les recommandations des scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer. Par ailleurs, il existe encore de nombreuses espèces pour lesquelles on ne dispose d’aucun avis biologique.



[1] Espèces vivant à proximité des fonds marins

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus