Plan climat de Paris: priorité à l’habitat

Le 03 octobre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
station_velo
station_velo

Adopté à l’unanimité par le Conseil de Paris le 1er octobre, ce document vise en particulier à réduire les émissions de gaz à effet de serre liées aux logements. Une convention a été signée entre la ville, les professionnels du bâtiment et l’Agence nationale de l’habitat (Anah) pour faciliter l’information des particuliers.

30% de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2020 par rapport au niveau de 2004; 30% de réduction des consommations énergétiques du parc municipal et de l'éclairage public; 30% des consommations provenant d'énergies d'origine renouvelable. Ce sont les objectifs que s'est fixé la capitale française pour elle-même. Concernant le territoire parisien, le plan climat prévoit une diminution de 25% des émissions de GES et de 25% des consommations énergétiques, qui doivent provenir à 25% des énergies renouvelables. Une agence parisienne du climat sera par ailleurs créée, qui devra, selon l'adjoint au maire chargé de l'environnement Yves Contassot, «devenir la référence tant pour les projets de la ville que pour tous les acteurs du territoire parisien».

A Paris, le patrimoine bâti de l'habitat et du tertiaire est à l'origine de 27% des émissions de GES, essentiellement à travers le chauffage. La ville prévoit donc de diagnostiquer 3.000 équipements publics sur 3 ans et de mettre en oeuvre un plan de rénovation de son parc, à travers la rénovation thermique des bâtiments, le renouvellement des équipements de chauffage ou de ventilation, la réduction des consommations électriques, la gestion performante de l'éclairage public, et l'accroissement de la part des énergies renouvelables dans la consommation. Ainsi, les émissions de GES du patrimoine, hors transports, pourraient être réduites de 39% d'ici 2020.

Un plan de réhabilitation des logements sociaux est prévu, la priorité étant donnée au quart le plus énergivore. Par ailleurs, l'opération «Plan 100.000 immeubles» vise à réhabiliter 100.000 immeubles privés parisiens d'ici 2050, et un dispositif d'aide expérimental incluant diagnostic de performance énergétique et subventionnement de travaux sera mis en oeuvre pour 300 immeubles dans un premier temps. «L'expérimentation et l'évaluation prévues permettront de fixer les bases d'une démarche globale ambitieuse et opérationnelle», est-il indiqué dans le plan climat.

Pour améliorer l'information des propriétaires sur les aides financières dont ils peuvent disposer, une convention d'objectifs en faveur de l'adaptation des logements privés parisiens à la lutte contre le dérèglement climatique a été signée le 1er octobre entre la ville, la Fédération française du bâtiment (FFB) région Paris - Ile-de-France, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), la fédération parisienne des sociétés coopératives de production (Scop) du BTP et l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Quatre bouquets de travaux seront notamment proposés à ceux qui souhaitent rénover un logement ancien de taille moyenne. Ils vont du bouquet «premium» qui contient la simple pose de stores et d'un thermostat programmable, au bouquet «optimum» qui propose une isolation des murs par l'intérieur. Selon l'Anah, consommation énergétique et émissions de GES pourraient ainsi être réduites d'un facteur 2 à 3. «Cette convention a pour but de fédérer les bonnes volontés et de faciliter le travail des particuliers dans le labyrinthe existant des entreprises et des professionnels», a indiqué Sabine Baïetto-Beysson, directrice de l'Anah.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus