Plaidoyer de Strasbourg pour les renouvelables

Le 03 octobre 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le rapport du Vert luxembourgeois Claude Turmes, sur les sources d'énergie renouvelables, ne pouvait pas mieux tomber, en pleine crise du pétrole. Mais surtout en pleine prise de conscience collective des enjeux énergétiques. Il propose, pour le XXIe siècle, 21 technologies renouvelables qui couvrent toutes les zones géographiques et toutes les utilisations de l'énergie.

Le rapport Turmes fait écho le même jour, 29 septembre, à une résolution du Parlement européen sur les réponses à la crise pétrolière. Les eurodéputés demandent même que les «gains exceptionnels actuels de l'industrie pétrolière» servent de gré ou de force, à financer des programmes d'économie d'énergie et des technologies énergétiques alternatives. Strasbourg prône le dialogue avec tous les partenaires énergétiques européens et demande même l'organisation d'un sommet mondial des pays grands consommateurs et producteurs de pétrole. Bruxelles devrait adopter un Plan d'action «biomasse», le 23 novembre, mais Jacques Barrot, commissaire européen aux transports a entendu ses oreilles siffler: «alors que 70% du pétrole consommé dans l'Union des 25 est englouti par le secteur des transports, la Commission n'a présenté aucune mesure concrète dans ce domaine afin de réduire cette dépendance»,ont dénoncé les Verts.

Un peu plus tôt dans la semaine, Greenpeace proposait, à Strasbourg, un scénario énergétique pour l'Union, qui parviendrait à se passer, à terme (2050), du nucléaire, tout en réduisant drastiquement les émissions de CO2. «Nous n'avons pas à geler dans le noir, nous avons juste à utiliser l'énergie produite de la manière la plus intelligente et la plus efficace qui soit»,commentait l'organisation non gouvernementale. Et cela passait bien sûr par exploiter le potentiel d'efficacité énergétique européen et ... les ENR. «Nous avons déjà la technologie et les moyens structurels. Ce qui nous manque, c'est un climat d'investissement stable»,a martelé Claude Turmes. L'industrie européenne des renouvelables «compte parmi les seules industries où l'Europe occupe la première place dans le monde en terme de technologie»,avec ses 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel et ses 250.000 emplois. Mais il faut agir maintenant, clament en choeur députés européens et écologistes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus