Pistes cyclables: l’Ile-de-France a entamé sa grimpée

Le 23 juillet 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réseau progresse mais la part modale du vélo reste très modeste en IDF
Le réseau progresse mais la part modale du vélo reste très modeste en IDF
© C. Doutre / IAU-IDF

Le linéaire des voies cyclables a triplé en Ile-de-France entre 1999 et 2012, selon une étude publiée ce 23 juillet par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU). Un résultat qui recouvre de nombreuses disparités selon les départements.

3.532 kilomètres: telle est la longueur des voies réservées à la petite reine dans la région francilienne en 2012. Si le linéaire parisien s’étale sur 545 km, le plus important se trouve dans les Yvelines (680 km), suivi de la Seine-et-Marne (661 km) et de l’Essonne (630 km). Les départements les plus mal lotis sont la Seine-Saint-Denis (167 km) et les Hauts-de-Seine (253 km).

Même différence entre les départements du point de vue de la progression du linéaire depuis 1999. Si celui-ci a triplé en moyenne sur la région, passant de 1.375 km à 3.532 km, la hausse la plus forte (+300%) est enregistrée à Paris et dans les Hauts-de-Seine.

Comme le réseau, l’usage progresse aussi, avec un doublement du nombre de déplacements à vélo entre 2001 et 2010.

Malgré cette embellie, la part modale de la bicyclette reste faible dans la capitale. Elle s’élève en effet à 3%, loin derrière Copenhague (31%), Amsterdam (22%) ou Berlin (13%).

Autres bémols: plus de la moitié des communes franciliennes ne disposent d’aucune voie cyclable. Par ailleurs, le linéaire cyclable est maigre au regard de la forte densité de la population, avec un ratio de 300 mètres pour 1.000 habitants en moyenne. Par comparaison, Besançon (Doubs) dispose de 6 km/1.000 hab, La Roche-sur-Yon (Vendée) de 3,77 km/1.000 hab et Lorient (Morbihan) de 3,73 km selon le Club des villes et territoires cyclables (CVTC). A noter qu’en Ile-de-France, Versailles (Yvelines) s’en tire mieux, avec 1,75 km/1.000 hab.

 

Un double-sens très parisien

Autorisé par un décret du 30 juillet 2008, le double-sens cyclable fait son entrée dans le recensement de l’IAU. Résultat: il a été choisi en priorité par Paris et les communes des Hauts-de-Seine où il représente près d’un tiers des aménagements dédiés au vélo[1]. Dans l’Hexagone, la capitale est en tête de peloton avec plus de 200 km de voies en double-sens, partageant l’espace entre voitures et bicyclettes.

Par ailleurs, la part des chemins mixtes (piétons-vélos) ou des voies vertes a progressé dans la région francilienne, passant de 26,5% des aménagements en 2007, à 37% en 2012.Parmi les itinéraires les plus célèbres, citons la Véloscénie, qui rallie Paris à la baie du Mont Saint-Michel, via Chartres et la Normandie. En 2012, ce tracé recouvrait 130 km de voies vertes balisées et 200 km de routes partagées à faible circulation.

 

Un réseau à consolider

Obstacles au déploiement de ces voies vertes et autres pistes cyclables, les «coupures» de trajectoire restent nombreuses en Ile-de-France. L’étude de l’IAU en recense au moins une centaine à résorber d’ici 2020, dont le secteur d’affaires de la Défense ou l’échangeur de Bercy-Charenton, cauchemars des cyclistes.

Les pistes longeant les vois d’eau ne sont pas non plus légions. Elles représentent à peine 10% du linéaire francilien (365 km) alors que l’eau draine une très grande partie du territoire, avec une cinquantaine de rivières et de nombreux canaux s’étendant sur 1.200 km au total.

Pour que la part modale du vélo poursuive sa lancée chez les Franciliens, l’IAU ouvre plusieurs pistes. A commencer par la mise en place d’une gouvernance vélo, en attribuant par exemple cette compétence à l’Autorité organisatrice des transports urbains (AOTU). Autre priorité: cibler les zones périurbaines, encore fortement marquées par l’usage de la voiture, en les dotant de nouveaux équipements cyclables. Sans oublier de finaliser les véloroutes et voies vertes franciliennes et de résorber les plus grandes coupures d’itinéraires.

 



[1] Les autres aménagements cyclables sont constitués de pistes entièrement cyclables, de chemins mixtes et de voies vertes.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus