Piles rechargeables contre piles jetables

Le 07 novembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

D’après une étude soutenue par l’Ademe, les nombreuses piles jetables consommées en France chaque année ont un impact environnemental très supérieur à celui des piles rechargeables.

La consommation annuelle de ressources naturelles non renouvelables d'une ville de 106.000 habitants (Nancy), ou encore l'impact sur le changement climatique de 5 milliards de kilomètres en voiture: c'est ce qu'éviterait le remplacement de toutes les piles jetables par des piles rechargeables en Europe.



Uniross, producteur français de batteries rechargeables, a fait réaliser une étude par Bio intelligence service afin d'évaluer l'impact environnemental des piles. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a soutenu financièrement cette initiative, qui se fonde sur l'analyse de cycle de vie (ACV) de ces produits.

L'étude compare l'impact environnemental généré pour produire un kilowattheure (kWh) d'énergie, d'un accumulateur Ni-MH et son chargeur d'une part, et d'une pile jetable d'autre part. 11 indicateurs ont été étudiés, de la fabrication à la fin de vie, dont 5 ont été considérés comme majeurs. Résultat: les piles rechargeables auraient 23 fois moins d'impact potentiel sur les ressources naturelles non renouvelables, 28 fois moins sur le réchauffement climatique, 30 fois moins sur la pollution à l'ozone, 9 fois moins sur l'acidification de l'air (accumulation de substances acidifiantes dans les particules en suspension de l'atmosphère), et 12 fois moins sur la pollution de l'eau.

Par ailleurs, selon l'étude, le kWh d'énergie est obtenu en achetant un paquet de piles rechargeables, contre 93 paquets de jetables, ce qui réduit considérablement la quantité de déchets d'emballage utilisée et jetée. «Les solutions alternatives rechargeables sont méconnues. Le consommateur voit qu'elles sont plus chères, et nous devons donc travailler sur la communication», note Christophe Gurtner, président d'Uniross. Selon lui, un kit comprenant chargeur et piles rechargeables est amorti financièrement au bout de la 5e utilisation.

Actuellement, dans un foyer français, 23 appareils fonctionnent avec des piles, contre 18 en 2002. «Cela va progresser encore plus vite à l'avenir», indique Christophe Gurtner. Les jeux représentent à eux seuls environ un tiers du milliard de piles utilisées en France chaque année.

L'entreprise Uniross détient près de 40% du marché dédié aux piles rechargeables, et s'est développée rapidement depuis 2001. Elle possède aujourd'hui 18 usines implantées à travers le monde, et a cofondé l'association européenne Recharge qui promeut l'utilisation de piles rechargeables et l'augmentation de la collecte. Selon Christophe Gurtner, les recherches portent notamment à l'heure actuelle sur les chargeurs à énergie solaire.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus