Piles : les rechargeables à l’assaut des jetables

Le 05 janvier 2005 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Réunis depuis fin 2004 au sein du groupe de pression « Recharge », les fabricants de piles et accumulateurs rechargeables veulent convaincre de la supériorité environnementale de leurs produits face aux piles jetables.

«Recharge» est l'émanation d'industriels qui veulent favoriser la collecte et le retraitement des batteries rechargeables portables en fin de vie et promouvoir les avantages de ces produits vis à vis des piles jetables auprès des consommateurs comme des fabricants de produits électriques et électroniques. Certaines de ces industriels sont connus comme le japonais Sanyo ou l'allemand Bosch, mais on trouve aussi des PME comme le gallois Inco ou l'allemand Metabo. C'est un Français, la société Uniross qui est  d'ailleurs le leader européen du secteur: «nos adhérents n'ont pas à être connus, explique Jean Pol Wiaux, manager de Recharge. Leurs batteries sont intégrées dans les produits électriques et électroniques à la différence des piles jetables qui sont vendues sous leur nom dans les magasins».

« Recharge » consacre l'émergence d'un nouveau secteur industriel très ambitieux: «nous profitons de la multiplication d'appareils électriques qui s'affranchissent du fil ou qui ont des besoins énergétiques importants que la pile jetable ne peut satisfaire, explique Carole Courtin chez Uniross. Les outils de bricolage ont de moins en moins de prise de courant et les nombreux appareils numériques fonctionnent désormais sur batterie rechargeable». Ancienne filiale de SAFT, Uniross profite pleinement de son indépendance. Installée à Lognes (Seine-et-Marne), la société emploie 350 personnes pour un chiffre d'affaires de 75 millions d'euros. En 2001, elle pesait 21 millions d'euros pour 47 salariés.

La batterie rechargeable conquiert les industriels avant les consommateurs. Ces produits à base de lithium/ion ou de Nickel/Metalhydrure assurent en effet l'autonomie nécessaire aux perceuses, aux téléphones portables, aux appareils photos numériques, aux jeux vidéo : «les fabricants asiatiques ont délibérément opté pour la recharge, assure Jean-Pol Wiaux, alors que les Américains restent sur la pile jetable».

Il est cependant bien difficile de savoir s'il y a substitution du jetable par le rechargeable : «80% du marché du rechargeable est celui du téléphone portable ou du PC, des produits qui ne fonctionnent pas sur du jetable, rappelle Christophe Pillot, du cabinet d'études Avicenne développement. Les 20% restant, c'est à dire le jouet électronique, les appareils photos numériques et le petit électroménager est effectivement le marché où le changement se fait en faveur du rechargeable». Actuellement, le marché mondial de la pile pèse 35 milliards de dollars. Les piles jetables à 61% alcalines représentent 37% et le rechargeable 33% utilisations industrielles et personnelles confondues, les 30% restant étant occupés par l'automobile.

Avec plus de 500 cycles de recharge, une batterie rechargeable présente une durée de vie quatre fois plus longue qu'une pile jetable. Plus de 820 millions de piles et accumulateurs sont mis sur le marché français chaque année. Seulement, 20 à 30 % de ces piles et accumulateurs sont collectés pour le recyclage. Au niveau européen, les ventes de piles et d'accumulateurs portables s'établissent à plus de 160 000 tonnes dont 20% sont collectés pour être recyclés dans différentes filières métallurgiques. Le taux de recyclage pour les accumulateur s'élève à 33%.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus