Piles et accus: bilan 2006 de Screlec

Le 13 juin 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’éco-organisme spécialisé dans les piles et accumulateurs Screlec a présenté, mercredi 6 juin, ses résultats pour 2006. Comme prévu, ce fut une année charnière, en nombre de nouveaux adhérents comme en tonnage collecté.

1.129 tonnes (t) de piles et accumulateurs usagés collectés en 2006. L'objectif global de 1.200 t assigné par le ministère chargé de l'environnement est presqu'atteint. Toutefois, Screlec a traité plus de piles (environ 600 t) que prévu (400 t) et moins d'accumulateurs (environ 600 t) que la cible ministérielle (800 t).

Quant au taux de collecte (1), il est plus difficile à évaluer, du fait du nombre d'adhérents qui n'a cessé d'augmenter durant les derniers mois. «Début 2006, 150 entreprises adhéraient à notre éco-organismes, fin avril, nous en étions à 230», indique Jacques David, directeur de Screlec. Résultat: la mise sur le marché des adhérents est passée de 4.000 t il y a deux ans à plus de 6.000 t début 2007, sur un total de 30.000 t (2). «Nous avons atteint nos objectifs de collecte par rapport à nos adhérents du début 2006, mais pas par rapport à ceux de début 2007», précise Jacques David.

Les résultats sont moins mitigés concernant les points de collecte. Le ministère avait exigé qu'il passe de 5.000 en 2006 à 10.000 fin 2007. L'objectif est déjà atteint, notamment grâce aux points de collecte de nouveaux adhérents comme Lidl.

L'année 2007 doit marquer une nouvelle hausse de la collecte, puisque le ministère a demandé à Screlec d'atteindre 1.500 t, puis 2.000 t en 2008. La grande campagne de sensibilisation, symbolisée par la «batribox» (3), devrait aider, de même que la mise en place de la filière des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE). «La croissance de la collecte butera à un moment ou à un autre sur la collecte des DEEE, estime Jacques David. Il ne faut pas oublier qu'environ 25% des piles et accumulateurs sont incorporés dans des objets.» Mais pour le moment, aucun contrat établissant les modalités d'enlèvement n'a été signé entre les éco-organismes chargés des DEEE et Screlec.



(1) tonnage collecté par l'éco-organisme divisé par le tonnage mis sur le marché par ses adhérents

(2) Corépile, l'autre éco-organisme, représente 20.000 t de mise sur le marché.

(3) Voir l'article du JDLE intitulé «A la recherche des batteries perdues»







A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus