Piètre bilan environnemental pour la Commission Barroso II

Le 03 juillet 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bilan à la mi-mandat de la Commission européenne
Bilan à la mi-mandat de la Commission européenne

Sauf à changer son fusil d'épaule, la Commission européenne pourrait afficher un des pires bilans environnementaux jamais enregistré, déplore une coalition de 10 organisations environnementales, Green 10, dans un rapport présenté à Bruxelles aujourd’hui 3 juillet.

Ce document, consultable sur le site http://www.green10.org, évalue les actions menées à mi-mandat par 13 des 27 commissaires dans 9 politiques ayant un impact sur l'environnement. «Nous sommes très préoccupés», affirme Jorgo Riss, de Greenpeace qui juge globalement que la Commission est «faible et découragée par les obstacles».

«Nous sommes déçus par ce rapport, a rétorqué la Commission européenne au cours de son point de presse hebdomadaire. Nous le trouvons assez superficiel, nous attendions une analyse plus sérieuse», estime Joe Hennon, porte-parole du commissaire à l'environnement Janez Potocnik.

Ses auteurs ont utilisé l'imagerie sportive, faisant référence aux Jeux olympiques de Londres. Ainsi, une dizaine de militants de Greenpeace arborant des masques à l'effigie des commissaires ont manifesté devant le siège de l'exécutif bruxellois pour dénoncer leur inaction.

La commissaire au climat, Connie Hedegaard, est la porte-drapeau de la sélection dirigée par le président José Manuel Barroso. Son action obtient 5,5 sur 10, soit la meilleure note attribuée par la coalition, qui salue son courage. Connie Hedegaard est caricaturée en boxeur et arbore un cocard à l'œil gauche, témoignage des mauvais coups reçus.

«Nous avons cherché à savoir si l'équipe de Barroso est prête à franchir la ligne finale. Elle ne l'est pas», soutient Jorgo Riss. «Les commissaires ne sont pas en forme, les propositions de loi sont trop molles», explique-t-il.

La réforme de la politique agricole commune (PAC) est jugée trop timide, la stratégie en faveur de la protection de la biodiversité manque d'ambition et le commissaire à l’agriculture reçoit ainsi la mauvaise note de 3,5. Le commissaire en charge de l'énergie, Gunther Oettinger -noté 4,5- est trop changeant dans ses positions et les propositions de la commissaire à la pêche Maria Damanaki manquent de clarté –elle reçoit la note de 4,5.

«Avec ce rapport, nous lançons un appel à Monsieur Barroso. Mettez votre équipe sur la bonne route, car il ne reste plus beaucoup de temps si vous voulez garantir aux Européens un avenir plus sain et plus prospère», conclut Jorgo Riss.

La Commission a récusé cette analyse et critiqué les attaques contre le manque d'indépendance des commissaires.

Le Français Michel Barnier (marché intérieur) et l'Italien Antonio Tajani (industrie) sont en effet soupçonnés de servir davantage les intérêts de leurs pays et des industriels que le bien commun européen. «On peut toujours faire plus, mais pour cela, il faut le soutien des Etats et du Parlement européen», rappelle le porte-parole de la Commission, Olivier Bailly.

«Taper sur la Commission ne sert à rien si on ne force pas les Etats à avancer au même pas, a-t-il ajouté. Nous souhaiterions voir les ONG se mobiliser aussi contre l'inaction de certains Etats», conclut-il.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus