Pièces défectueuses: 18 réacteurs dans le viseur de l’ASN

Le 24 juin 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Après les fonds des générateurs de vapeur, d'autres pièces forgées vont être vérifiées
Après les fonds des générateurs de vapeur, d'autres pièces forgées vont être vérifiées
VLDT

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) confirme, dans un communiqué publié le 23 juin, que les générateurs de vapeur de 18 réacteurs de centrales nucléaires d’EDF pourraient comporter des anomalies similaires à celles de la cuve de l’EPR de Flamanville.

Ce n’est plus un incident mais une épidémie. Après les révélations sur les irrégularités des pièces forgées par Areva à l’usine du Creusot (Loire), début mai, et le point d’étape de l’ASN publié mi-juin, le gendarme du nucléaire confirme l’ampleur des dégâts. 18 réacteurs de 900 ou 1.450 mégawatts, en service (contrairement à l’EPR de Flamanville), sont bel et bien concernés par des pièces potentiellement défectueuses: Blayais 1, Bugey 4, Chinon B1 et B2, Civaux 1 et 2, Dampierre 2, 3 et 4, Fessenheim 1, Gravelines 2 et 4, Saint-Laurent-des-Eaux B1 et B2, et Tricastin 1, 2, 3 et 4.

 

Des analyses complémentaires

 

Commandées par l’ASN après la découverte en 2015 d’un défaut dans la composition de l’acier de la cuve de l’EPR, les études menées depuis par EDF montrent que «certains fonds primaires de générateurs de vapeur pourraient présenter une zone de concentration importante en carbone pouvant conduire à des propriétés mécaniques plus faibles qu’attendu», déclare le gendarme du nucléaire. Une trop forte teneur peut en effet réduire les capacités de résistance de la pièce. L’ASN demande donc à EDF «de mener des investigations complémentaires» autour de ces pièces, construites à la forge du Creusot ou à la forge japonaise JCFC. L’électricien a de son côté pris la décision de maintenir en service les équipements touchés.

 

Des composants «essentiels pour la sûreté»

 

Les pièces défectueuses, qui ont la forme d’une demi-sphère, équipent le fonds des générateurs de vapeur et participent au confinement de l’eau du circuit primaire, nécessaire au refroidissement du combustible. «Ces composants sont essentiels pour la sûreté. La qualité de leur conception, de leur fabrication et du suivi pendant l’exploitation est donc un enjeu important», poursuit l’Autorité de sûreté.

Pour éviter un nouveau couac, des analyses préventives ont été lancées pour vérifier la conformité d’autres pièces forgées de la cuve, du pressuriseur et des générateurs de vapeur.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus