Pic de pollution atmosphérique: même solution, même flop

Le 23 mars 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Episode de pollution le 21 mars 2015 en Europe (Airparif)
Episode de pollution le 21 mars 2015 en Europe (Airparif)

La mise en place de la circulation alternée, ce 23 mars, dans 23 communes franciliennes s’avère dérisoire au regard de l’étendue de la pollution atmosphérique.

 

 

La maire de Paris, Anne Hidalgo, demandait sa mise en place depuis le 18 mars. Elections départementales obligent, il aura fallu attendre 5 jours avant que la circulation alternée ne soit imposée –pour une journée seulement- à Paris et dans 22 communes limitrophes d’Ile-de-France. Auparavant, cette mesure n’avait été actionnée que deux fois: le 1er octobre 1997 et le 17 mars 2014.

 

6% de particules en moins pendant 24 heures

L’an dernier, elle avait permis, selon Airparif, de réduire de 6% en moyenne la pollution aux particules fines, et de 10% les concentrations d’oxydes d’azote. Un résultat bien maigre au regard des ravages de la pollution atmosphérique, classée comme cancérigène avéré par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) depuis octobre 2013.

Dans la région francilienne, la semaine dernière a été éprouvante avec deux dépassements du seuil d’information (50 microgrammes par metre cube) pour la pollution aux particules PM10 (les 17 et 19 mars) et trois dépassements du seuil d’alerte de 80 μg/m3 (les 18, 20 et 21 mars).

 

Pollution généralisée

Mais cet épisode de pollution a largement dépassé les frontières franciliennes, touchant une bonne partie de l’Hexagone (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Alsace, Rhône-Alpes) et tout le Nord-Ouest de l’Europe, comme le montre la carte d’Airparif (photo).

Poursuivie par Bruxelles pour son absence de plans d’action contre la pollution de l’air dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants, la France n’a toujours pas pris la mesure du phénomène.

La circulation alternée ne cible que les plaques d’immatriculation de certains véhicules (chiffre pair interdit de circuler aujourd’hui), pendant une durée très limitée, contrairement aux zones à faible émission, mises en place de façon permanente pour barrer la route aux véhicules les plus polluants. De telles zones ont déjà été créées à Londres, Lisbonne, Madrid, Berlin, Amsterdam, Copenhague, Oslo ou Stockholm. Paris devrait lancer la sienne le 1er juillet prochain, mais les contours restent à préciser.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus