Photowatt dépose le bilan

Le 08 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le fabricant de panneaux solaires Photowatt, en proie à de graves difficultés financières, avait annoncé vendredi 4 novembre vouloir demander au tribunal de commerce de Vienne (Isère) son placement en redressement judiciaire.

Le tribunal de Vienne a donc examiné, aujourd’hui 8 novembre, la demande d’ouverture de la procédure judiciaire déposée par la direction de Photowatt International. Eric Bauland, du cabinet Bauland, Gladel et Martinez, a été nommé administrateur judiciaire avec une période d'observation de 6 mois, selon un porte-parole de Photowatt. «Le temps est à la recherche d'un repreneur. C'est désormais ce qui va occuper le management et l'administrateur judiciaire», a précisé le porte-parole.

Le comité d'entreprise avait été informé vendredi par ATS, la maison-mère de l'entreprise basée au Canada, de cette décision qui a suscité la colère des salariés. «C'est une décision brutale qui nous met en colère», a commenté Martine Rey, déléguée CFDT de l'entreprise. «Il n'est pas possible de laisser mourir le seul fabricant français de photovoltaïque sans réagir.»

Le groupe, dont le siège est à Bourgoin-Jallieu (Isère), explique dans un communiqué être confronté à une surproduction mondiale impactant les prix et à un resserrement de ses marchés en France. «Ils nous ont garanti qu'il n'y aurait aucun licenciement et que les salaires étaient assurés jusqu'à la fin mars au minimum», a précisé Philippe Miklou, délégué syndical FO. Et celui-ci de rajouter: «Vu l'état du marché, on est assez inquiet. La plupart des gens pensent que c'est un peu le signe de la fin».

Le groupe, qui emploie 441 personnes, avait déjà annoncé en octobre un projet de chômage partiel de deux mois afin de réduire ses stocks en diminuant sa production de moitié. Ces mesures de chômage resteraient en vigueur pendant la période d'observation de la procédure de redressement, selon le communiqué de la société. «Le groupe doit faire face à une concurrence par les prix venue d'Asie où les fabricants produisent dans des usines de capacités au moins 10 fois supérieures et bénéficient de fortes économies d'échelle», précise la déléguée CFDT.

«L'Etat voulait créer une filière photovoltaïque, on est la seule usine en France, ça serait bien qu'il nous aide un peu», a également réagi Philippe Miklou, délégué syndical FO.

Fondé en 1979 à Caen, Photowatt appartient au groupe canadien Automation Tooling Systems (ATS) et a longtemps fait figure de pionnier français de l'énergie solaire. Il produit des modules solaires à haut rendement. Début 2011, le groupe avait déjà supprimé 72 emplois sur son site de Bourgoin-Jallieu. Selon le journal Le Dauphiné, l’usine de la Maladière pourrait être acquise par Hermès, dans le cadre d’un développement des activités de la maison de luxe en France.

Photowatt a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 160 millions d'euros avec des pertes importantes, a indiqué le porte-parole de la société sans plus de précisions



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus