Photovoltaïque: les pompiers vendéens font taire la rumeur

Le 23 juillet 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour le photovoltaïque, privilégier le jet bâton.
Pour le photovoltaïque, privilégier le jet bâton.

Les rumeurs ont la vie dure. Voilà des années qu’internet diffuse une fausse information selon laquelle les pompiers refuseraient d’intervenir sur tout immeuble équipé de panneaux photovoltaïques.

Motif supposé du refus des soldats du feu: la centrale solaire produit de l’électricité aussi longtemps que brille le soleil, il y a donc un risque accru d’électrocution.

Faux et archifaux, répond le Service départemental d'incendie et de secours de Vendée (Sdis 85) sur son site. Les Vendéens rappellent que les pompiers interviennent pour toutes les demandes de lutte contre l’incendie. «Cela inclut bien évidemment les installations ou habitations équipées de panneaux photovoltaïques, mais aussi de panneaux thermiques. Que le feu concerne le corps du bâtiment, la toiture ou la cheminée, il devra être maîtrisé par les soldats du feu.»

Cela étant, des risques spécifiques à ce type d’installation existent: chute par glissade, risque d’électrisation par arc électrique, intoxication par inhalation de substances libérées en cas de dégradation (acide sulfurique, hydrogène, cuivre, indium, cadmium, etc.), risques de brûlure sur les surfaces vitrées.

Par ailleurs, souligne un sous-officier: «Il y a très longtemps que les extinctions de matériels sous tension sont validées pour les SP». En respectant une distance de sécurité d’au moins 3 mètres, les pompiers peuvent combattre les flammes en utilisant le jet diffusé ou en pratiquant l’attaque «pulsing» (impulsions très brèves) du foyer. Les plus précautionneux pourront aussi utiliser, à environ 8 m, le jet bâton, sans risquer de subir un choc électrique. La nuit, bien évidemment, ce risque est totalement écarté.

Dans une note datée du début de l’année, les pompiers du Lot-et-Garonne font quelques recommandations aux propriétaires de centrales solaires: équiper l’installation d’un système accessible de coupure d’urgence, laisser un cheminement d’au moins 90 cm de large autour des modules, installer le pictogramme jaune et noir d’alerte au risque photovoltaïque à l’extérieur du bâtiment. Et surtout ne pas oublier de prévenir les pompiers de l’existence de panneaux photovoltaïques avant leur intervention.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus