Peu de lobbyistes environnementaux à l’Assemblée nationale

Le 02 janvier 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Moins de lobbyistes à l'Assemblée qu'au Sénat ?
Moins de lobbyistes à l'Assemblée qu'au Sénat ?
Assemblée nationale

C’est une bonne nouvelle pour la transparence. Depuis le début de l’année, l’Assemblée nationale met en ligne une nouvelle version de son registre des lobbyistes accrédités. Réputée plus précise que la précédente, cette mouture, rappelle Pierre Januel dans L’Express, est la conséquence directe de la publication, en mars 2013, du rapport du député-maire de Chalon-sur-Saône, Christophe Sirugue (PS).

 

On y trouve la raison sociale des «représentants d’intérêts», leur catégorie (entreprise, association, autorité administrative), leur secteur d’activité, ainsi que le montant des dépenses «liées aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement». Fort bien.

44 lobbies enregistrés à l'Assemblée...

Mais après consultation, c’est la consternation qui prend le dessus: à peine 44 lobbies sont inscrits, contre 114 au Sénat et près de… 6.000 enregistrés auprès de la Commission européenne. Par ailleurs, à l’exception de rares grands groupes (EADS, Lafarge, Thales, RFF, Airbus et Air France, Casino), le monde de l’entreprise est quasi inexistant. Notamment dans le domaine de l’environnement, où l’on ne compte que la Saur (qui a «précisément» dépensé entre 0 et 10.000 euros dans ses activités de lobbying auprès du Parlement) et la fédération Electricité autonome française (les petits producteurs d’énergies renouvelables).

... contre 6.000 à la Commission européenne

Les poids lourds des débats environnementaux sont à rechercher dans les sombres couloirs de la Haute assemblée. Dans la liste des représentants d’intérêts inscrits au Sénat, on trouve tout naturellement EDF, Aéroports de Paris, la plupart des grandes associations d’élus, la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Eco-Emballages, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), la Caisse des dépôts, le Groupement des autorités responsables de transport (Gart), le Medef, Total, l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), Veolia Environnement et la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau.

 

Le consultant Lobbying et Stratégie défend divers intérêts liés aux armes, dont les fédérations de chasseurs. Les institutions nucléaires, telles l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), sont représentées par la société Séance publique, laquelle s’occupe également de Vermillion, bien connue des opposants à l’exploitation des gaz de schiste.

 

Invisibles à l’Assemblée, quelques associations environnementales, comme Green Cross ou le réseau Environnement Santé, sont présentes au palais du Luxembourg. Tout comme l’ineffable Fédération française des vins d’apéritif.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus