Peu d’environnement dans le programme de Hollande

Le 26 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Comme annoncé depuis quelques jours, le candidat socialiste à l’élection présidentielle a rendu public son programme détaillé, aujourd’hui jeudi 26 janvier, lors d’une conférence de presse tenue à la Maison des métallos, à Paris.

Au total, François Hollande prend 60 engagements pour «permettre le changement, […] redresser la France, […] redonner confiance en l’avenir».

Ses promesses environnementales décevront peu de monde si elles n’étaient pas tenues, tant elles sont peu nombreuses: 6 en tout et pour tout. Car «pour faire de la France la nation de l’excellence environnementale», le président du conseil général de Corrèze prévoit de réduire à 75% la part du nucléaire dans la production d’électricité, de «favoriser» la montée en puissance des énergies renouvelables, de fermer les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (1.800 mégawatts), tout en achevant l’EPR de Flamanville (1.600 MW). François Hollande promet aussi de faire adopter une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz. L’ancien maire de Tulle prévoit également de lancer un programme «d’isolation thermique de qualité» pour un million de logements.

Il faut croire que la gestion des déchets, des eaux, des sols, des forêts, la protection des biotopes menacés, la diminution de la biodiversité, la progression de certaines pollutions atmosphériques et leur cortège de conséquences sanitaires ne sont pas des problèmes urgents à résoudre. A moins bien sûr qu’ils ne soient pas solubles. Car le candidat socialiste n’entend promettre que ce qu’il pourra tenir.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus