Pétition contre la nouvelle route du littoral à la Réunion

Le 31 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Nouvelle route du littoral comprend un viaduc et une route digue.
La Nouvelle route du littoral comprend un viaduc et une route digue.

Le projet réunionnais est pharaonique. La nouvelle route du littoral (NRL) permettant de relier Saint Denis à la Possession -un viaduc et une digue sur 6 voies- devrait entrer en service en 2020. Le début des travaux est prévu pour 2013.

Le but de cet ouvrage -dont une partie sera construite sur la mer- est, selon la région, de «garantir la sécurité aux usagers empruntant quotidiennement cet axe majeur entre le nord et l’ouest de l’île, tant au regard des risques liés à la falaise que du risque maritime». L’actuelle route nationale 1, une double-voie construite en 1963 et élargie en 1976, est en effet coincée entre la mer et le pied de la falaise volcanique.

D’un coût estimé en 2007 à 930 millions d’euros, la NRL est passée à 1,6 milliard du fait de l’ajout d’une voie supplémentaire et de l’abandon du péage routier initialement prévu. La route est donc passée à une 2 X 3 voies, dont 2 voies dédiées à un bus puis à terme, au transport ferré.

Mais les opposants au projet estiment qu’avec ce projet «la Réunion court à la catastrophe». D’abord d’un point de vue environnemental, car les deux énormes digues «vont avoir un impact meurtrier sur la biodiversité terrestre et marine». Mais aussi sur le plan social car, selon le Collectif «Non à la nouvelle route du littoral», «ce projet ne sert que les intérêts du lobby automobile au détriment du transport en commun aujourd'hui sacrifié». Sur le plan économique, «le chantier ne créera pas d'emplois durables». Sur le plan financier, «cette route coûtera au bas mot 2,5 milliards d'euros et tous les dépassements du budget initialement prévu seront supportés par les contribuables réunionnais qui sont actuellement parmi les plus endettés de France».

Les opposants estiment enfin que le viaduc de 30 mètres de haut construit au-dessus des flots est «un archaïsme dans le monde du changement climatique qui se caractérisera par une recrudescence de la fréquence et de la violence des cyclones».

Début juillet 2012, le collectif a lancé une pétition qui sera adressée à Didier Robert. Le président UMP du conseil régional de la Réunion est en effet un fervent défenseur du projet. Il a remis en cause, dès son arrivée en 2010 à la tête de la région, le projet «tram-train» défendu par Paul Vergès, son prédécesseur.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus