Petite pêche au large d’Ajaccio

Le 28 octobre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bientôt un parc naturel marin au large du Cap Corse.
Bientôt un parc naturel marin au large du Cap Corse.
Alain Pibot / Agence des aires marines protégées

Comme on pouvait le craindre, le troisième congrès mondial des aires marines protégées a produit peu de résultats concrets. Même si la France y a fait bonne figure. Revue de détails.

Rares sont les pays hôtes d’une conférence internationale à faire bonne mesure. Une fois n’est pas coutume, la France a tenu son rang, le 26 octobre, lors de la conclusion du troisième congrès mondial des aires marines protégées (Impac 3), qui se tenait la semaine passée à Marseille et à Ajaccio.

Clôturant le segment ministériel d’Impac 3, le ministre tricolore de l’écologie a confirmé l’engagement de la France à renforcer la protection de ses eaux. Philippe Martin a notamment annoncé la création prochaine du parc naturel marin (PNM) du bassin d’Arcachon. Ce 7e parc du genre devrait s’étendre sur 420 kilomètres carrés (et 127 km de côtes) et abriter des milieux aussi divers que des vasières à herbiers, des espaces dunaires, des marais maritimes, un delta (celui de la Leyre). Sans oublier l’île aux oiseaux, bien connue des ornithologues. Bien plus au sud-est, les études portant sur la création d’un PNM autour du cap Corse ont été lancées.

20 M€ sur deux ans

L’ancien préfet du Gers a précisé que la France débloquerait «plus de 20 millions d'euros» pour soutenir, durant les deux prochaines années, des projets de protection du milieu marin en Méditerranée (3 M€), en Afrique de l’Ouest (3,7 M€), dans l’océan Indien (5,5 M€), mais aussi dans le Pacifique (6,5 M€) ou dans les Caraïbes (1 M€).

Le ministre a aussi annoncé, conjointement avec le prince Albert II de Monaco, la création d’un fonds fiduciaire pour les aires marines protégées de Méditerranée. Non encore abondé, il devra financer la protection d’espaces marins remarquables dans la Grande Bleue. Enfin, le gouvernement néo-calédonien, par la voix de son ministre du développement durable Anthony Lecren, a annoncé son intention de créer, en avril prochain, un parc marin de la mer de Corail, qui s’étendra sur 1,4 Mkm2.

Le message d’Ajaccio

Voilà pour le concret. Car, pour le reste, c’est de vœux pieux dont il faut se contenter. Dans une déclaration commune, les représentants d’une quinzaine de pays ont rappelé, dans le «message d’Ajaccio», l’importance de l’objectif d’Aïchi (la protection de 10% de la surface marine d’ici à 2020, contre moins de 3% aujourd’hui).

Les signataires ont appelé «solennellement» les Etats membres de la convention pour la conservation de la faune et de la flore marines antarctiques à adopter l’une des deux résolutions portant sur la protection de la mer de Ross et de la partie orientale de l’océan austral. Deux projets que semble désormais combattre le gouvernement australien, après les avoir soutenus.

Regrettant l’absence des Etats-Unis, du Japon, de l’Australie, du Canada, de la Russie ou de la Norvège (lesquels considèrent la protection des aires marines comme une entrave à la pêche industrielle), les participants ont toutefois renouvelé leur appel à l’ouverture, l’an prochain, d’une négociation sur un accord de mise en œuvre de la convention des Nations unies sur le droit de la mer pour la conservation et la gestion durable de la diversité biologique marine dans les zones de haute mer. «15 ministres, ce n’est pas ridicule pour une première réunion ministérielle sur le sujet», estime Olivier Laroussinie. Et le directeur de l'Agence des aires marines protégées de rappeler «qu’il est bon parfois que des sujets habituellement traités par des cénacles de spécialistes soient enfin publiquement portés par des politiques.»

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus