Pesticides : une prise de sang qui fait mal

Le 11 avril 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon un rapport de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) publié le 14 mars, le sang des Français contiendrait trois fois plus de certains pesticides que celui des Américains ou des Allemands.

L’étude réalisée en 2006-2007 dans le cadre du programme national Nutrition-santé (PNNS) visait à mesurer les concentrations de plusieurs polluants de l’environnement (42 au total) dans le sang, les cheveux et l’urine de 3.100 personnes. Au total, 11 métaux, 6 PCB (polychlorobiphényles), et trois familles chimiques de pesticides (organochlorés, organophosphorés er pyréthrinoïdes) et leurs métabolites ont été dosés. Les pyréthrinoïdes sont des pesticides utilisés contre une grande variété d’insectes en agriculture, en horticulture, dans les hôpitaux, mais aussi pour un usage domestique.

Les résultats indiquent que la population française présente des niveaux d’exposition aux métaux lourds et aux pesticides organochlorés globalement bas et assez identiques aux concentrations observées à l’étranger. Par contre, en ce qui concerne les autres pesticides (paradichlorobenzène et pyréthrinoïdes) et les PCB, les niveaux français sont clairement plus élevés que ceux détectés aux Etats-Unis ou en Allemagne.

90% des Français ayant participé à l’étude sont contaminés par des pesticides de type organophosphorés. L’étude de l’InVS indique que les niveaux moyens des métabolites des pyréthrinoïdes sont trois fois plus élevés dans le sang des Français échantillonnés que dans celui des Américains et des Allemands. Des métabolites qui ont été détectés dans 80% des échantillons. Même surprise avec le pardichlorobenzène utilisé comme antimite ou désodorisant dans les toilettes. La concentration mesurée est 10 fois supérieure à celle des Allemands.

Toujours selon cette étude, la concentration en PCB dans le sang de nos compatriotes est plus élevée que celle des Allemands et 4 à 5 fois plus élevée que celle des Américains. 3,6% des femmes en âge de procréer présentent une concentration en PCB totaux supérieure au seuil de 700 nanogrammes par gramme de lipides défini par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et 0,4% des autres adultes présentent une concentration supérieure au seuil de 1.800 ng/g de lipides.

L’InVS lancera en 2012 une enquête nationale de biosurveillance incluant un volet chez l’enfant. Cette enquête permettra de suivre l’évolution des données collectées pendant la période 2006-2007 tout en élargissant l’étude à une centaine de substances.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus