Pesticides: l’EPA traque les perturbateurs endocriniens

Le 21 avril 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon un communiqué du 15 avril, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) lance une campagne d’évaluation de certains pesticides pour leur potentiel effet perturbateur du système endocrinien.
Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui interagissent avec certaines hormones naturelles (œstrogènes, androgènes, hormones thyroïdiennes) impliquées dans la régulation de mécanismes biologiques comme la croissance, le métabolisme et la reproduction. «Or ces molécules peuvent entraîner des problèmes de santé durables, en particulier chez les enfants», indique Lisa Jackson, directrice de l’EPA. Les perturbateurs endocriniens sont en effet suspectés d’être en partie à l’origine de l’augmentation des troubles de la fertilité, des cancers des testicules, du sein et de la prostate, ainsi que de malformations des voies génitales.
La première liste de pesticides à tester contient 67 substances pour lesquelles les producteurs industriels devront réaliser des études d’évaluation à partir de cet été. Ces pesticides ont été choisis car ce sont ceux pour lesquels l’exposition potentielle de la population est la plus élevée. Les tests conduits dans le cadre du programme d’évaluation des perturbateurs endocriniens pourront éventuellement être étendus à l’ensemble des pesticides.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus