Pesticides: l’EPA poursuivie pour qu’elle dévoile des adjuvants toxiques

Le 06 mars 2014 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pesticide = substance(s) active(s) + adjuvant(s).
Pesticide = substance(s) active(s) + adjuvant(s).
DR

Exigez des producteurs de pesticides la liste des adjuvants qu’ils utilisent et rendez là publique! C’est le sens de l’action judiciaire lancée par plusieurs associations américaines de protection de l’environnement[1], qui viennent d’annoncer qu’elles poursuivent l’agence de protection de l’environnement (EPA) pour son inaction dans ce dossier. Elles reprochent à l’EPA d’avoir trop attendu –depuis 2009, précisément- pour dévoiler la liste de quelque 370 ingrédients classés comme «dangereux» par l’agence elle-même, qui entrent dans la composition finale des produits phytosanitaires vendus aux Etats-Unis. «Les consommateurs et les utilisateurs de ces pesticides ont le droit de connaître tous les ingrédients qui sont dans les produits qu’ils achètent, afin de pouvoir réaliser des choix informés», estime Jay Feldman, le directeur général de l’ONG Beyond Pesticides.

 

La réglementation américaine rend obligatoire la seule communication des informations sur la substance active, mais pas sur les adjuvants, classifiés comme «inertes» dans la nomenclature américaine. Ces molécules servent notamment à améliorer le contact, la pénétration ou l’adhésion des substances actives. L’EPA a le pouvoir d’en demander la liste aux fabricants, pouvoir qu’elle n’exerce pas. C’est ce que lui reprochent les associations. Pourtant, l’agence a publié, dès 1987, des données toxicologiques sur ces ingrédients, qui peuvent représenter plus de 90% du produit fini. Certains sont classés comme cancérigènes par le Centre international de recherche sur le cancer, d’autres sont des reprotoxiques avérés, ou encore ayant des effets sur la fertilité.

 

Des résultats dans le droit fil de ceux obtenus par Gilles-Eric Séralini. En février 2013, son équipe désignait le POE-15 (un adjuvant éthoxylé qui est l’un des composants essentiels de la formulation du Round-Up commercialisé par Monsanto) comme non seulement toxique en lui-même, mais plus toxique encore que le principe actif du Round-Up, à savoir le glyphosate. «Les agences sanitaires et les fabricants d’herbicides évaluent à long terme sur les mammifères le glyphosate seul (et non l’herbicide dans sa formulation commerciale), mais gardent jalousement confidentiels les détails de ces études réglementaires réalisées par les firmes», déploraient alors les scientifiques. Fin janvier 2013, le professeur de Caen récidivait, en mettant en évidence que 9 des préparations de pesticides les plus utilisées dans le monde[2] avaient des effets toxiques des centaines de fois supérieurs à ceux de la substance active seule. Or seule la substance active est évaluée à long terme par l’agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa), alors que les adjuvants qui composent la préparation ne sont évalués que pour leur toxicité aigüe[3].

 

«Nous avons étendu les travaux que nous avons faits avec le Round-Up et montré que les produits tels qu'ils étaient vendus aux jardiniers, aux agriculteurs, étaient de 2 à 1.000 fois plus toxiques que les principes actifs qui sont les seuls à être testés in vivo à moyen et long terme», expliquait alors Gilles-Eric Séralini à l'AFP. Si le règlement de 2009 concernant la mise sur le marché des produits phytosanitaires prévoit une évaluation pour quelques adjuvants, celle-ci est effectuée séparément. En clair, les effets synergétiques des différents composés chimiques ne sont pas évalués, et encore moins à long terme.



[1] Center for Environmental Health, Beyond Pesticides, and Physicians for Social Responsibility, représentée par Earthjustice.

[2] Trois herbicides (Round-Up, Matin El, Starane 200), trois insecticides (Pirimor G, Confidor, Polysect Ultra), et trois fongicides (Maronee, Opus, Eyetak).

[3] La toxicité aiguë est la toxicité induite par l’administration d’une dose unique et massive d'un produit toxique, décrite comme la dose qui risque à 50% de tuer un être vivant.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus