Pesticides: des résidus dans le panier de la ménagère européenne

Le 13 avril 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La carte des prélèvements.
La carte des prélèvements.
@Efsa

97,2% des échantillons prélevés sur les étals européens présentent des résidus de pesticides, mais en-dessous des normes. L’alimentation biologique reste, de loin, la moins imprégnée.

84.341 échantillons analysés, 774 pesticides recherchés et détectés dans 97,2% des cas. La compilation annuelle par l’Efsa des analyses réalisées par les Etats membres de l’Union sur la présence -ou non- de résidus de pesticides sur les cultures alimentaires ne recèle pas de franches nouveautés, mais illustre la même tendance: la très vaste majorité des aliments cultivés en agriculture conventionnelle sont contaminés par les pesticides.

Valeurs très limites

53,3% des échantillons testés étaient «exempts de résidus quantifiables[1]» (ce qui ne signifie pas qu’ils en sont tout à fait exempts) et 43,9% contenaient des résidus «ne dépassant pas les limites légales». Des chiffres à comparer avec ceux de l’agriculture biologique, dont 99,3% des aliments sont exempts de résidus ou présentent des taux se situant dans les limites légales, ont constaté les Etats. Le fait qu’un produit soit jugé conforme signifie qu’aucun pesticide, parmi ceux testés, ne dépasse deux fois la limite maximale de résidus (LMR). Or ces valeurs sont fréquemment mises en cause, par exemple pour les perturbateurs endocriniens, car elles ne prennent pas en compte les effets à faible dose de ces substances.

Le glyphosate a été recherché par 22 pays en 2015. Gare aux lentilles sèches, à la moutarde et aux graines de tournesol.

La banane, championne du multi-résidus

En 2015, le panier de la ménagère européenne était composé de bananes, aubergines, brocolis, huile d'olive vierge, jus d'orange, petits pois, poivrons, raisin, blé, beurre et œufs. Dans chacune de ces catégories, les analyses ont mis à jour la présence de plusieurs résidus de pesticides par aliment. La banane est la championne (58,4%), suivie du raisin de table (58,3%) et des poivrons (24,4%).

Parmi les échantillons d'aliments destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge, 96,5% étaient exempts de résidus ou contenaient des résidus dans les limites autorisées. Les résidus identifiés étaient du fosétyl-aluminium (un fongicide systémique), du chlorure de benzalkonium (un bactéricide) et du chlorure de didécyldiméthylammonium (un biocide à large spectre).

Des pesticides non autorisés

Les tests ont été effectués sur des denrées dont les deux tiers étaient issus d’un pays de l’Union (+ Islande et Norvège) et un quart de pays tiers (le reste n’ayant pas été sourcé). Et c’est dans ces pays hors Union que les limites autorisées ont été le plus dépassées, dans 5,6% des cas (et pour 3,4% des cas, de façon très large), en baisse par rapport aux 6,5% de 2014. Pour les produits européens, les limites autorisées ont été dépassées dans 1,7% des échantillons, une légère augmentation par rapport à l'année précédente (1,6%). Un tiers des pesticides détectés à cette occasion n’étaient pas autorisés dans l’Union.

 


[1] La limite de quantification est la concentration à partir de laquelle le laboratoire menant l’analyse peut indiquer avec certitude la concentration d’une substance. Elle est variable d’une substance à une autre et pour une même substance peut l’être entre deux laboratoires.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus