Pesticides: des bananeraies du Nicaragua au palais de justice de Paris

Le mercredi 07 novembre 2018 à 18h 13 par Marine Jobert
"Silence, on empoisonne", c'est le nom de cette campagne.
"Silence, on empoisonne", c'est le nom de cette campagne.
DR

Malades d’un organochloré dont la toxicité était connue, des ouvriers agricoles nicaraguayens ont fait condamner à plusieurs reprises trois transnationales qui en commercialisaient. Ils demandent aujourd’hui à la justice française qu’elle oblige ces entreprises à verser ces dommages-intérêts.

Extrait : Ils ont cultivé, récolté et conditionné des bananes dans des plantations nicaraguayennes dans les années 1960 et 1970. Pour lutter contre un nématode, ils épandaient des pesticides, dont le 1,2-dibromo-3-chloropropane. Aux...

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus