Perturbateurs endocriniens: l’EEA s’inquiète de leur présence dans les produits courants

Le 11 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les crèmes solaires peuvent contenir des perturbateurs endocriniens
Les crèmes solaires peuvent contenir des perturbateurs endocriniens

L’agence de l’environnement européenne (EEA) s’inquiète de la présence de perturbateurs endocriniens (PE) dans les produits de grande consommation comme les biberons, les plastiques, les crèmes solaires, mais aussi les produits pharmaceutiques. Constatant l’augmentation du nombre de cancers et de troubles de la fertilité, l’EEA met directement en cause ces produits aussi nombreux que variés. Elle recommande, dans un avis publié sur son site le 10 mai, de les employer avec précaution jusqu’à ce que la preuve de leurs effets négatifs sur la santé soit apportée par les scientifiques.

Cet avis s’appuie sur les conclusions du rapport Weybridge +15, qui a été rendu public le 10 mai à Londres. Il s’agit d’un travail collectif et international sur les PE, passant en revue tous les résultats obtenus au cours des 15 dernières années (période 1996-2011). Ce rapport montre que si les effets adverses des PE sur l’environnement sont désormais admis, les effets sur la santé humaine seront plus difficiles à démontrer «en raison de la durée, du coût et des difficultés méthodologiques de telles études», précise l’EEA.

C’est ainsi l’occasion pour Jacqueline McGlade, directrice de l’EEA de souligner: «La recherche scientifique a rassemblé de nombreuses preuves montrant que les perturbateurs endocriniens constituent un réel danger pour l’environnement et aussi probablement pour l’homme. Il serait prudent d’adopter le principe de précaution vis-à-vis de ces produits chimiques jusqu’à ce que leur mode d’action soit véritablement compris».

Et elle pointe du doigt 5 catégories de produits chimiques: les phtalates, le bisphénol A (BPA) et les PCB, le parabène qui entre dans la composition des crèmes solaires et les substances utilisées pour la fabrication des pilules contraceptives.

La directrice de l’EEA se dit particulièrement préoccupée par les effets cocktails de ces produits. «Le problème ne concerne pas un produit en particulier, mais il vient du fait que nous sommes constamment exposés à un mélange de produits chimiques», explique Jacqueline McGlade.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus