Perturbateurs endocriniens: des cocktails variables d’un pays à l’autre

Le vendredi 16 novembre 2018 à 18h 42
Une forte exposition in utero
Une forte exposition in utero
DR

Dans la population, l’imprégnation par les perturbateurs endocriniens varie d’un pays à l’autre, révèle une grand étude menée dans six pays européens et publiée dans la revue Environment International. Exemple : les enfants sont moins chargés en bisphénol A, peut-être du fait de son interdiction en 2015 dans les contenants alimentaires.

Extrait : Menée sur des cohortes mère-enfant de six pays européens (France, Royaume-Uni, Espagne, Lituanie, Grèce, Norvège), l’étude publiée par Line Småstuen Haug et ses collègues est la première menée à l’échelle européenne...

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus