Perturbateurs endocriniens: contamination généralisée des femmes enceintes

Le 08 décembre 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les foetus exposés à des cocktails chimiques
Les foetus exposés à des cocktails chimiques
DR

On s’en doutait un peu, l’agence Santé Publique France le confirme: les polluants organiques, tels que phtalates, pesticides et bisphénol A, sont présents chez quasiment toutes les femmes enceintes. Publiés mercredi 7 décembre, ces travaux constituent la première étude de cette ampleur en France.

Bisphénol A, phtalates, insecticides de la famille des pyréthrinoïdes, dioxines, furanes, PCB, retardateurs de flamme, composés perfluorés : tous «sont mesurés à des niveaux de concentrations quantifiables chez près de la totalité des femmes enceintes», constate Santé Publique France au terme d’une étude publiée mercredi.

Mené dans le cadre d’un programme national de biosurveillance prévu par la loi «Grenelle 2»[i], cette étude constitue le premier tome d’un volet périnatal qui s’appuie sur 4.145 femmes enceintes ayant accouché en 2011, incluses dans la cohorte française Elfe. Après ce premier tome consacré aux polluants organiques, le deuxième aura trait aux métaux et aux métalloïdes, le troisième aux conclusions générales et perspectives.

Phtalates et pesticides omniprésents

Du côté des phtalates, 99,6% des femmes présentaient des niveaux quantifiables pour au moins l’un d’entre eux. C’est le DEP, utilisé dans les cosmétiques et les produits d’hygiène, qui est le plus présent, avec un niveau urinaire moyen de 35,4 µg/L.

Les pesticides sont retrouvés chez 100% des femmes, avec une surimprégnation pour les pyréthrinoïdes (1,18 µg/L en moyenne), déjà observée lors d’études menées en France. Quant aux PCB, dioxines et furanes, au moins une substance est retrouvée chez toutes les femmes.

Pour le bisphénol A, les résultats montrent un dépassement de la limite de quantification dans 70% des cas, avec un taux urinaire moyen de 0,69 microgramme/litre (µg/L). Un chiffre «inférieur à celui mesuré dans les précédentes études réalisées en France et l’étranger», ce qui pourrait être lié à la substitution par d’autres substances, dont les bisphénols S ou F, explique Santé publique France.

Au-delà des molécules analysées individuellement, Générations futures s’inquiète de l’absence d’évaluation de l’effet cocktail lors de la mise sur le marché de ces molécules. L’association appelle «à mettre enfin en place une évaluation stricte et poussée de cet effet cocktail et de ces molécules, à laquelle nous sommes exposés tout au long de la vie et qui exposent a des moments clés les personnes (tout particulièrement les plus vulnérables, comme les femmes enceinte et les fœtus) à des polluants dont les conséquences pour la santé sont avérés».



[i] Loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus